← Revenir aux actualités

Nissan et Foster travaillent sur la station-service de demain Rédigé par Philippe Schwoerer le 04 Sep 2015 à 00:00

Si chaque station-service proposait au moins une borne supportant la recharge accélérée et/ou rapide adaptée aux véhicules branchés du marché, la question de l’autonomie serait beaucoup moins perçue comme un problème. A ce sujet, Nissan recherche, tous azimuts, à rassurer les électromobiliens actuels et potentiels. Voilà pourquoi le constructeur s’interroge, avec l’aide du cabinet d’architecture Foster + Partners, sur l’évolution des stations-service, avec, en fond, le développement de la mobilité électrique.

Relais

Véritable prolongement des relais accueillant autrefois les chevaux et voyageurs qui se déplaçaient sur de longues distances, les stations-service ont connu leur plus belle époque dans les années 1960 et 1970. En 1980, il en existait plus de 40.000. Comme pour une exploitation laitière agricole, le litrage débité mensuellement n’avait pas besoin d’être énorme pour faire vivre une famille. Dix mille litres d’essence suffisaient, avec quelques opérations de garage à côté, lorsque les ronds rouges sont arrivés chez Elf, en 1965. Mais il en fallait déjà dix fois plus vingt ans plus tard, sans pour autant être à l’abri d’une faillite des SARL concernés et qui devenaient le standard chez les exploitants. Casse de la grande distribution, poids de la fiscalité et de la législation, nouvelles règles imposées par les pétroliers, modification des comportements des automobilistes, etc. : il ne reste pas beaucoup plus de 12.500 stations-service en France, qui ne sont visiblement pas préparées au parc qui roulera demain. C’est ce qu’estime d’ailleurs Jean-Pierre Diernaz, directeur du département Véhicules électriques de Nissan : « Notre modèle actuel d’infrastructures de ravitaillement est obsolète et se trouve confronté à un avenir incertain, à moins d’être rapidement adapté pour répondre à l’évolution des besoins des clients ».

Energies alternatives

Comme un tournesol vers le Soleil, le marché des véhicules lourds et légers se tourne de plus en plus vers les énergies nouvelles. Les besoins en réseaux de ravitaillement durables et innovants se font pressants. La station-service de demain devra prendre en compte les différentes sources d’énergies alternatives que pourront utiliser les automobilistes. Pompes à hydrogène et algocarburants pourraient très bien côtoyer les bornes de recharge pour véhicules branchés. Les bâtiments, eux-mêmes, supporteront des équipements susceptibles de les alimenter en électricité d’origine renouvelable. Nissan et Foster + Partners, un cabinet d’architecture mondialement réputé auquel on doit le dessin du viaduc de Millau (12), comptent dévoiler prochainement, a priori avant la fin de la présente année 2015, le résultat de leurs audacieuses réflexions. Selon le constructeur automobile japonais, « le concept se concentre sur la façon dont les technologies 100% électriques influenceront le design à l’avenir ».

Un million de VE en 2020

Selon Jean-Pierre Diernaz, « d’ici 2020, presque un million de véhicules 100% électriques seront en circulation sur les routes, il est donc impératif qu’une infrastructure soit mise en place pour gérer cette croissance ». Utopique, cette estimation !? Actuellement, 185.000 Leaf sont utilisables, formant environ la moitié du parc électrique disponible. Ce sont donc plus de 350.000 VE qui sont régulièrement en mouvement sur le réseau routier de la planète. A peine une poignée d’années pour arriver à ces chiffres. En s’appuyant sur ces éléments, on peut quasiment affirmer que le million sera largement dépassé en 2020. Surtout que la mobilité électrique devient de plus en plus populaire et que les ventes d’engins branchés, du monoroue aux poids lourds, s’amplifient chaque année davantage. Selon Nissan, le concept imaginé avec Foster + Partners « démontrera les nombreux bénéfices qui découlent d’un écosystème intelligent où évoluent les véhicules électriques – pas seulement en termes de mobilité, mais également en exploitant le potentiel de stockage des batteries et des véhicules reliés au réseau électrique ».

Mobilité en révolution

A la tête du département Design de Foster + Partners, David Nelson explique l’objectif de la collaboration de son cabinet d’architecture avec Nissan. Il s’agit « de mettre en évidence l’ampleur du défi auquel nous faisons face pour faire évoluer nos villes et répondre aux changements. Les nouvelles technologies, les sources de carburant alternatives, et les tendances en pleine évolution au sein de notre société, ont toutes un impact considérable sur notre façon de nous déplacer ». Pourquoi associer engins branchés et stations-service ? Pour David Nelson, « il est clair que les véhicules 100% électriques feront partie intégrante de nos futurs paysages urbains, ce qui par conséquent constitue une formidable opportunité pour redessiner les stations-service des générations à venir. Un nouveau design leur permettra d’être davantage intégrées aux villes et d’y assurer une fonction plus communautaire ». Nous publierons ici les visuels finaux, dès qu’ils nous seront communiqués.

partager cette actualité sur :

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Interview Avem de Stéphane SEMERIA, Président de Ffauve
Mobilité électrique et Smart Grid – Retour d’expérience SAP
Toutes les vidéos