← Revenir aux actualités

Québec : Tapis rouge pour le Renault Twizy Rédigé par Philippe Schwoerer le 03 Mar 2015 à 00:00 0 commentaires

Alors que le public européen attend d’investir Palexpo pour le salon automobile de Genève (Suisse), outre-Atlantique, un événement similaire et tout aussi international a ouvert ses portes au Québec. Renault a été invité par les organisateurs à venir y présenter son quadricycle électrique, le fameux Twizy.

Supporté par un organisme plus que centenaire

Si, en dépit de ses nombreuses qualités, le Twizy semble un peu boudé en France, il s’est tout de même écoulé à plus de 14.000 exemplaires dans le monde, et a été copié en Chine et en Iran. Sur le continent américain, le CAA-Québec fait le maximum pour que l’engin puisse circuler sur son territoire. Et pour cause, l’organisme offre « le support technique pour le compte des deux plus grands réseaux de bornes de recharge au Québec, le Circuit électrique et le Réseauver », explique à l’Avem Daniel Bédard, directeur adjoint en services-conseils automobiles pour l’organisme à but non lucratif. A l’époque de sa fondation, il y a plus de 110 ans, les voitures électriques étaient là-bas, comme en France, bien présentes sur les routes.

Un constructeur plus distribué au Québec

Egalement club automobile avec 1.300.000 membres inscrits, le CAA-Québec est « très impliqué dans la cause des véhicules électriques », souligne Daniel Bédard. « Nous avons proposé plus de 10.000 essais au total de véhicules électriques lors des salons de l’auto de Montréal et de Québec », chiffre-t-il, fier d’accueillir le Twizy à la 34e édition de celui de Québec. La présence de l’engin dans ce cadre est des plus symboliques, d’autant plus qu’il ne sera pas si facile de le faire circuler là-bas, et ce, pour 2 raisons. Si « La Cinq » s’est imposée dans la province juste avant la fin des années 1970, jusqu’à représenter la moitié des ventes des petites voitures, Renault n’est plus distribué sur le territoire depuis le rachat au losange par Chrysler de sa filiale American Motors Corporation, plus connue sous le nom de AMC. Aujourd’hui encore, on ne sait pas qui s’occuperait de diffuser le Twizy au Québec, mais on devrait le savoir prochainement.

Une catégorie pour le Twizy

Autre difficulté, les catégories de véhicules qui sont quelque peu différentes des nôtres outre-Atlantique. L’homologation fédérale pour le Twizy 45, reconnu comme quadricycle léger chez nous, ne devrait plus trop poser de problème. Son dossier a été validé par l’organisme ministériel Transport Canada. Reste une démarche à accomplir : présenter l’engin à la Société de l’assurance automobile du Québec. Société d’Etat, la SAAQ a, parmi ses attributions, celle d’immatriculer les véhicules. Le quadricycle lourd, Twizy 80, en raison de sa vitesse maximum limitée à 80 km/h, ne rentre dans aucune catégorie existante dans la province, sauf à le considérer comme une voiture. Dans ce cas, les opérations de crash-test l’écarteraient aussitôt. Renault doit donc intervenir auprès de Transport Canada pour trouver une solution qui passera sans doute par la création d’une nouvelle catégorie.

Bientôt en circulation au Québec ?

Difficile aujourd’hui d’affirmer que l’engin circulera sur le territoire d’ici la fin de l’année 2015, et dans quelles versions, sachant que l’utilitaire Cargo est également attendu. Alors qu’en France les quadricycles ne sont pas éligibles au bonus en faveur des véhicules électriques, là-bas, le Twizy serait admissible à la prime gouvernementale de 1.000 dollars canadiens, soit environ 700 euros au cours d’aujourd’hui, mardi 3 mars 2015.

Déjà une histoire

Spécialement pour le salon de Québec, « le losange a fait réaliser localement un habillage aux couleurs du drapeau » fleurdelisé de la province, nous révèle Daniel Bédard. Comme il s’agit aussi d’une affaire emprunte de sensibilité et de symboles, la photo illustrant notre article a été prise et transmise par Olivier Ourseau, qui, avant de collaborer au CAA-Québec, a travaillé « sur les premiers prototypes de Twizy lorsqu’il habitait en France ». Porté par cet organisme, Renault serait donc sur le point d’ouvrir les portes de la province à sa gamme électrique.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Jurassic Electric Tour 2020
Interview Avem de Stéphane SEMERIA, Président de Ffauve
Toutes les vidéos