← Revenir aux actualités

Mobilité électrique – Le Québec révèle sa stratégie 2013 – 2017 Rédigé par le 04 Nov 2013 à 00:00

Le gouvernement du Québec souhaite accélérer le développement des véhicules électriques sur son territoire et vient de publier sa « stratégie d’électrification des transports 2013-2017 » dotée d’un budget de 516 millions de dollars.

« L’objectif de la Stratégie d’électrification des transports est de faire du Québec un leader mondial des transports électriques. Nous voulons ainsi contribuer au développement économique du Québec en misant sur cette filière d’avenir pour créer des emplois. Avec ce projet emballant, nous pouvons nous enrichir tout en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre afin d’atteindre nos cibles ambitieuses pour 2020. Plus encore, il nous rapproche de l’indépendance énergétique », a déclaré Pauline Marois, première ministre du Québec, lors de la présentation de la stratégie.

12.500 véhicules électriques supplémentaires

Avec ce nouveau plan, le gouvernement du Québec vise l’introduction de plus de 12.500.véhicules électriques supplémentaires sur son territoire d’ici à 2017. Un objectif qui concerne les véhicules des particuliers, des entreprises, des municipalités et des organismes à but non lucratif, de même que des taxis et les véhicules de la flotte gouvernementale.

Souhaitant être exemplaire, le gouvernement du Québec projette ainsi d’acquérir 2.000 véhicules électriques. Ceux-ci seront graduellement déployés d’ici le 31 mars 2017 et viendront remplacer les véhicules thermiques actuellement utilisés de même que tous les véhicules de fonction des membres du gouvernement.

Jusqu’à 8.000 $ de subvention pour les véhicules électriques

Sur le plan financier, le gouvernement a annoncé la reconduction, pour trois ans, de l’aide à l’achat de véhicules électriques. Cette subvention, d’un montant maximal de 8.000 $, devait à l’origine être réduite de moitié au 1er janvier 2014 mais le gouvernement a choisi de la prolonger jusqu’au 31 décembre 2016 grâce à une rallonge budgétaire de 65 millions d’euros.

A noter que la subvention de 500 $ accordée aux véhicules hybrides conventionnels est également maintenue.

Une opération spéciale pour « verdir » les taxis

Parmi les mesures emblématiques de la stratégie, un projet pour « verdir » 525 taxis sera mis en place à Montréal et dans les autres régions du Québec.
Ainsi, l’industrie du taxi bénéficiera d’aides financières à l’achat de véhicules électriques qui s’établissent, pour la première année, à :

20 000 $ à l’achat d’un véhicule tout électrique jusqu’à un maximum de 50 véhicules;
12 000 $ à l’achat d’un véhicule hybride rechargeable jusqu’à un maximum de 275 véhicules.

Le gouvernement prévoit également une aide de 3.000 $ pour les taxis hybrides.
Et pour accompagner les chauffeurs dans leurs courses quotidiennes, le gouvernement prévoit l’installation de bornes de recharge aux endroits stratégiques comme les gares ou les aéroports. Des subventions spécifiques seront également proposées aux opérateurs pour l’installation de bornes de recharge.

Un plan de déploiement de 5.000 bornes de recharge

Du côté des infrastructures de recharge, le gouvernement Québécois prévoit de déployer 5.000 bornes supplémentaires sur son territoire d’ici à 2017 qui viendront s’ajouter à celles déjà déployées par le Circuit Electrique, une initiative publique-privée lancée en 2012.

Parmi ces bornes, 500 seront déployées sur la voie publique, 3.500 dans les entreprises et 1.000 à proximité des édifices gouvernementaux.

Pour les entreprises, le programme « Branché au travail » doit permettre d’accélérer les installations grâce à une aide financière de 75 % du coût d’achat limitée à 5.000 $ par borne. A cette subvention s’ajoute l’obligation pour l’employeur d’offrir la recharge aux employés pour une période d’au moins trois ans.

Un secrétariat national & un institut de recherche

C’est un peu l’équivalent de la « Mission Hirtzman » en France… le gouvernement québécois va créera un « Secrétariat à l’électrification des transports », placé sous la responsabilité directe de la première ministre. Celui-ci sera responsable de coordonner l’ensemble des actions engagées en matière d’électrification des transports.

Côté R&D, la Stratégie prévoit également un investissement de 35 millions de dollars pour créer l’Institut du transport électrique. Il s’agira d’un centre de recherche et de haute technologie visant à valoriser le savoir-faire québécois dans le domaine de la mobilité électrique. Un lien privilégié sera établi entre l’Institut et le centre de recherche d’Hydro-Québec, l’IREQ, reconnu comme un chef de file mondial en matière de recherche sur les batteries comme sur les modes de production, de transport et de stockage d’électricité.

partager cette actualité sur :

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – une conductrice de Tesla Model 3 instructive
Vidéo de présentation de K-Motors
Toutes les vidéos