← Revenir aux actualités

Infrastructures de Charge – L’Europe impose un standard et des objectifs de déploiement aux Etats membres Rédigé par le 24 Jan 2013 à 00:00 0 commentaires

Bruxelles souhaite donner un coup d’accélérateur à la voiture électrique. En effet, la Commission européenne a annoncé aujourd’hui un ensemble de mesures visant à mettre en place, dans toute l’Europe, des points de charge pour les véhicules électriques et à adopter une position commune sur la prise de charge.

Pour la Commission Européenne, cette stratégie vise à briser le « cercle vicieux » qui freine l’essor des carburants alternatifs : « on ne construit pas de stations de ravitaillement, faute d’un nombre suffisant de véhicules; les véhicules ne sont pas commercialisés à des prix compétitifs, faute d’une demande suffisante; les consommateurs n’achètent pas les véhicules à cause de leur prix élevé et de l’absence de stations » explique le communiqué de presse de la commission.

800.000 bornes de charge publiques à l’horizon 2020

Pour accélérer le développement des bornes de charge publiques pour VE et VHR, la Commission prévoit d’imposer, dans chaque État membre, un nombre minimum de points de recharge à installer d’ici 2020. Selon les estimations, l’Europe comptait moins de 12.000 points de charge publics en 2011 et la commission fixe pour objectif d’en avoir près de 800.000 à l’horizon 2020. En incluant les équipements privés le nombre d’installations devrait approcher les 8 millions.

Avec un objectif de 150.000 bornes installées à l’horizon 2020, l’Allemagne serait le premier marché suivi par l’Italie et le Royaume-Uni avec des objectifs respectifs de 125.000 et 122.000 installations.

En France, Bruxelles souhaiterait que 97.000 points de charge publics soient installés à l’horizon 2020. Un objectif en deçà des 400.000 bornes de charge prévues par Livre-Vert.

La prise « type 2 » comme standard européen

La seconde annonce d’envergure réalisée par Bruxelles concerne la standardisation de la prise qui a fait largement débats lors des derniers mois avec des positions divergentes selon les pays membres.

« Une prise commune à toute l’Union représente un élément indispensable au déploiement de ce carburant. Pour dissiper les incertitudes du marché, la prise de « Type 2 » servirait de prise standard commune dans toute l’Europe » a annoncé aujourd’hui la commission.

Une décision qui va à l’encontre du positionnement français et du Livre-Vert engagés en faveur de la prise « Type 3 », un standard porté par Legrand, Schneider et Scame à travers l’EV Plug Alliance.

Quid des autres énergies ?

Bruxelles n’oublie évidemment pas les autres énergies – hydrogène, GNC, biocarburants… – et fixe des objectifs similaires à l’horizon 2020.

Il est ainsi prévu d’imposer des stations de ravitaillement tous les 400 km sur les principales autoroutes pour les poids lourds fonctionnant au gaz naturel liquéfié. Idem pour le gaz naturel comprimé avec des ravitaillements prévus tous les 150 kilomètres.

« Le développement de carburants innovants et de substitution est un moyen évident de rendre l’Europe plus économe en ressources, de réduire notre trop grande dépendance au pétrole et de promouvoir une industrie des transports qui soit prête à répondre aux exigences du 21e siècle. D’ici 2020, le nombre de véhicules électriques en circulation en Chine et aux États–Unis devrait atteindre plus de 6 millions au total, selon les projections de ces deux pays. C’est pour l’Europe une excellente occasion de se positionner solidement sur un marché mondial en plein essor » Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne chargé des transports.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter