Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 15/12/2014 à 12:00 par Philippe Schwoerer - Lu 6603 fois - 19 commentaires


Recharge sur Tesla - Steve Jurvetson - CC BY-SA


Dépasser un contexte…

Impossible en un seul article de faire le tour de l’impact sur l’environnement et le monde des véhicules électriques. L’un des principaux arguments exploités par les détracteurs de l’électromobilité se résume en 4 mots : lithium et terres rares. Comme s’il s’agissait d’engluer les voitures branchées dans un contexte qui ne serait pas favorablement évolutif.

…comme on sait le faire pour les carburants

Bien sûr, les carburants et engins thermiques bénéficient aussi d’importants progrès. Ainsi les travaux de PSA et Renault pour répondre à la demande gouvernementale de « disposer dans dix ans de véhicules consommant 2 litres d’essence aux 100 km ». Lancé par Jean-Marc Ayrault le 15 septembre 2012, cet ambitieux appel aux constructeurs automobiles français participait à la clôture d’une conférence environnementale. Autre piste : les biocarburants, et en particulier ceux de troisième génération. Beaucoup de Soleil sur des algues mis sous tube de verre, et voilà de quoi obtenir un produit bien plus vertueux que celui issu du pétrole. Reste au moins la question du CO2 libéré dans l’air à la combustion dans le moteur. Des solutions, existent, il y aurait beaucoup à en dire, à l’actif comme on passif. Mais revenons à notre sujet.

Le problème du lithium dépasse la voiture électrique

La mobilité durable de demain s’annonce plurielle. Il apparaît très nettement aujourd’hui que c’est la voiture électrique qui offre le potentiel industrialisable de développement le plus important pour un impact le plus léger possible sur l’environnement. Bien sûr, en plus de l’origine de l’électricité qui mérite à elle seule un article dédié, il y a la fameuse question du lithium et des terres rares. Mais attention : ces éléments ne sont pas exploités uniquement pour les véhicules branchés. Concernant plus particulièrement le lithium, je cite un commentaire en réaction à notre article « Electrique contre thermique : quelle voiture émet le plus ? » : « selon une étude publiée en septembre 2013 par Fox Davies (The Lithium Market), 28% du lithium exploité dans le monde sont utilisés pour la fabrication des céramiques et du verre, 23% pour les batteries des appareils portables (ordinateurs, appareils photos, téléphones,...), 9% pour les graisses lubrifiantes, 6% pour les batteries de véhicules électriques et hybrides rechargeables, 4% pour l’air conditionné, 4% dans la métallurgie, 3% dans le domaine médical... ».

Les portables : ordinateurs et téléphones !

Le grand public aime oublier la place prépondérante du lithium au sein des nouvelles technologies de communication, mais s’émeut très facilement de celui contenu dans les batteries des voitures électriques. Toutefois, si le marché de ces dernières devait se développer de façon très rapide, on pourrait craindre que la condition de ce métal alcalin ternisse à jamais l’image des véhicules survoltés. C’est en tout cas ainsi que le traduit le très contestable documentaire « La voiture électrique, pas si écolo ! » réalisé par Martin Mischi et plusieurs fois diffusé sur France 5 ces dernières semaines.

Eau précieuse

Au Chili, le détournement de l’eau pour récupérer le lithium assèche progressivement au moins une des vallées du désert hyperaride d’Atacama. Le précieux liquide, vital à l’agriculture locale, fait de plus en plus défaut. Mais il est utilisé sans limite, selon la voix-off posée sur les images, à raison de « 2 tonnes d’eau pour fabriquer une seule batterie ». C’est un des problèmes à prendre impérativement en compte sur le sujet. Pour autant, le documentaire dresse un simple état des lieux sans offrir la moindre perspective pour un développement plus vertueux du marché branché. L’avenir se montre cependant bien plus encourageant qu’on voudrait parfois nous le faire croire.

De la batterie de traction…

Des chercheurs demandent ainsi un peu de patience pour parvenir à industrialiser plus proprement l’exploitation du lithium contenu dans l’eau de mer. Et surtout : la voiture électrique n’est pas mariée avec cet élément. Avant lui, on utilisait pour elle des batteries au plomb, ou NiCd. Les premières pèsent trop lourd, et les secondes posent un problème de pollution si la potasse qu’elles contiennent est abandonnée dans la nature. Il y a aussi les accumulateurs au sodium. Performants, ils ne sont cependant adaptés qu’à un usage quotidien du fait de la chaleur à entretenir en permanence et nécessaire à leur fonctionnement.

…aux supercondensateurs

Pour demain, on parle de supercondensateurs. En plus de pouvoir se recharger en quelques minutes, voire même en quelques dizaines de secondes, ces composants pourraient s’affranchir totalement des matériaux pointés du doigt. Les scientifiques annoncent l’arrivée de cette technologie dans une poignée d’années pour l’électromobilité individuelle. La prudence voudrait qu’on traduise l’optimisme des chercheurs par une bonne dizaine d’années. Mais on y vient sûrement.

Aluminium et charbon actif

Des véhicules de transport en commun exploitent déjà quotidiennement des supercondensateurs. Ainsi l’Ar Vag Tredan, un bateau-navette qui sillonne la rade de Lorient (56), depuis le quai des Indes, jusqu’à l’arrêt « Pen Mané » de Locmiquélic. Les très fines plaques d’aluminium qui constituent le composant sont recouvertes de charbon actif microporeux. Les 128 condensateurs embarqués n’ont besoin que de quelques minutes pour se recharger, juste le temps de laisser descendre les passagers et d’embarquer les nouveaux. Autre gros avantage de cette solution : le nombre de cycles de charge/décharge qu’elle peut supporter. Sauf accident de parcours, ce sont 20 à 30 ans de service assuré pour la navette lorientaise. Derrière ces éléments novateurs dont la technologie profitera aux prochains Bluetram : le groupe Bolloré. Son expertise dans le domaine n’est plus à démontrer.

Option sans terres rares

Reste le problème des fameuses terres rares que l’on trouve dans nombre de moteurs des voitures électrifiées (incluant les modèles hybrides), comme dans les générateurs montés sur bien des éoliennes. Néodyme, dysprosium, samarium sont celles les plus utilisées pour fabriquer les aimants compacts qui équipent les appareils synchrones brushless (sans balais). Mais on peut très bien s’en passer ! Il suffit d’attribuer le rôle des aimants à une bobine d’excitation. Des modèles actuellement en circulation disposent de cette architecture électronique. Ainsi les Zoé et Model S, respectivement produites par Renault et Tesla.

Au-delà des clichés

Quoi qu’il en soit, il est toujours dangereux de limiter une technologie à ce qu’elle est à un instant T. En parler suppose de s’intéresser un minimum aux travaux qui l’aideront à effacer ses effets secondaires pervers, lorsqu’il y en a. La voiture électrique devrait pouvoir tirer son épingle du jeu à ce sujet. C’est histoire de volonté et d’encouragements.


Mots clés : voiture électrique | lithium | terres rares
Catégories : Voiture électrique | Batterie | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 15-12-2014 à 13:22:20 par Didier

Le nombre de voiture nécessaire est borné, et les batteries se recyclent, à un certain stade (si ce n’est pas déjà le cas) il sera plus intéressant de prendre lithium et "terres rares" dans les anciennes batteries que de creuser ! A noter au passage l’intérêt du modèle de Renault avec ses batteries louées, qui apporte la quasi-certitude que la batterie est recyclée, modèle dans décrié alors que la quasi-totalité des ventes de voitures se font à crédit... allez comprendre !

Par ailleurs le modèle Tesla n’est pas forcément le bon non plus, avoir une batterie de plus de 30 kWh n’est peut-être pas une bonne idée : coût, poids, temps de charge, "immobilisation" d’une grande quantité de lithium pour un usage très occasionnel, etc.

Cantonner à jamais les VE à des trajets de moins de 200 km par charge n’a rien de dramatique à mes yeux, les VE ont déjà l’immense qualité d’être les seuls véhicules viables en milieu urbain (pollution). Pour les trajets de plus de 200 km il faut probablement rester à l’essence et demain passer au train ou aux "autoroutes à induction" (au moins une voie), mais d’ici la fin du pétrole on a le temps d’y penser...

Posté le 15-12-2014 à 13:07:52 par mullaure

Ce qui est nécessaire pour que la recherche dans ce domaine progresse rapidement, c’est que toutes ces antités de chercheurs ne soient pas contrôlées par les pétroliers qui les achètent et qui comptent bien brûler ce qu’il reste de carburants exploitables sur la planète avant de vraiment libérer les recherches pour les énergies plus propres et durables.

Posté le 15-12-2014 à 14:26:56 par Didier

Je ne pense pas que les chercheurs soient bridés, d’autant que les pétroliers n’ont aucune influence sur les entreprises qui fabriquent des téléphones ou des ordinateurs portables...

Les voitures électriques sont aux catalogues et se vendent peu, comment comprendre qu’une Clio se vende très largement plus qu’une Zoé EN VILLE ! La Zoé a le même prix, elle est plus agréable à conduire, son autonomie en ville est de 200 km, pas besoin de faire la queue pour faire le plein, etc. Même si on se limite aux urbains qui disposent d’une place de parking ou d’un box à soi on constate qu’ils achètent largement plus de Clio ou Capture que de Zoé...

La seule solution pour moi est l’interdiction des VT en ville, pure et simple, que ce soit les voitures particulières que les transports en commun ou les livraisons. Dès lors les ventes de VE exploseront, et la recherche aura les moyens d’aller plus vite. Sachant que comme je l’ai dit dans mon premier poste la solution n’est probablement d’avoir autant de VE qu’il y a actuellement de VT en France et pas non plus d’avoir des VE qui auraient l’autonomie des VT en plus de leurs avantages propres. La solution ce n’est pas le "toujours plus".

Posté le 15-12-2014 à 15:04:55 par Christophe pour Didier

Dans un pays où le mot égalité est dans la devise, votre solution est contraire à ce principe.
En effet, vous voulez interdire à des urbains qui n’ont pas de quoi recharger un VE de circuler en VP dans la ville où ils payent des impôts (notamment pour l’entretien des voies y compris stationnements) tout en l’autorisant à des extérieurs qui n’y paient pas leurs impôts et qui sont sources de nuisances (sonores quoiqu’en prétendre certains, visuelles et liés aux comportements).
Au passage, je rappelle que l’entretien des routes est en partie financée par la TICPE dont les VE sont exemptés. Et vu qu’on vient de découvrir que beaucoup de routes contenaient de l’amiante, il va en falloir de l’argent pour les rénover.

Posté le 15-12-2014 à 17:48:30 par soub56

@christophe
L’interdiction des VT ( véhicule thermique) en ville, prônée par Didier, n’a pas pour objet de brimer les parisiens ( qui sont les seuls à payer des impôts, ne font pas de bruit, ont un comportement exemplaire..) et de permettre à une horde de bouseux provinciaux d’avoir l’honneur de venir à la ville ( c’est bien connu, les provinciaux ne payent pas d’impôts, font du bruit et se comportent comme des sauvages...). Plus sérieusement ( j’espère que vous avez compris que je plaisante sur les travers de certains parisiens : j’en ai même connu un qui prétendait que les huîtres étaient plus fraîches à PARIS qu’en Bretagne), Didier propose cette interdiction pour améliorer la qualité de l’air que les parisiens respirent.
@Didier
Sauf erreur de ma part, nous avions des avis différents sur la capacité de la BMW i3 de pouvoir rouler sans restrictions avec son prolongateur d’autonomie. J’ai fait récemment un essai : comme je le pensais, le REX permet de rouler jusqu’à 110/120 km/h sans problème ( l’alternateur entraîné par le moteur thermique fournit l’électricité nécessaire au moteur électrique pour rouler à cette vitesse sur le plat). Si vous voulez rouler de façon continue à une vitesse supérieure ( ou en montée ou face à un vent fort), il suffit d’anticiper et faire fonctionner le REX en mode recharge de batterie avant que cette batterie soit trop déchargée ( cette fonction existe). Bien entendu, si la batterie est vide, les performances seront limitées ( comme avec une voiture en panne d’essence!).
Désolé de m’écarter un peu du sujet de l’article...

Posté le 15-12-2014 à 18:49:04 par Christophe

@soub56
Je ne vois nulle part que la restriction ne s’appliquerait qu’à Paris.
Au demeurant vu l’étendue des TC à Paris, on peut tout simplement interdire les VP hormis cas particuliers à définir et si utilisation de VE (typiquement véhicules de livraison et de la ville).
Dans les autres villes où les TC ne sont pas efficients (typiquement les petites préfectures de province) l’interdiction est beaucoup plus difficile à entendre hormis pour les hyper-centres qui sont bien souvent déjà piétonniers.

Posté le 15-12-2014 à 21:57:16 par Didier pour Christophe

Egalité, ok ; mais juste avant il y a Liberté, et la liberté de vivre est la première des libertés. Alors franchement, face à la santé de millions de personnes, le fait de ne pas pouvoir installer facilement une prise parce qu’on est bête au point d’avoir acheté une voiture (VT ou VE) sans penser qu’il faudra la garer, ça pèse pas lourd...

Par ailleurs je n’ai jamais dit qu’il fallait limiter l’achat de VE et par extension le droit d’avoir un véhicule aux possesseurs de places, j’ai dit que même en ne s’intéressant qu’à ce public pour qui l’achat d’un VE en ville devrait s’imposer les ventes sont faibles.

Pour info je suis partisan d’un "droit à la prise" renforcé : vous vous présentez en mairie avec une preuve de domicile et une carte grise de VE et la mairie transforme une place banalisée en place dédiée VE (mais pas réservée à vous) le plus proche possible de votre domicile (devant la porte si possible !) et avec une prise 10A voire 16A dont le courant est offert par la ville (plus simple) mais qui ne fonctionne qu’en heures creuses. Mais bon comme ça n’a rien à voir avec le lithium et les terres rares j’ai fait court !!

Enfin, une interdiction des VT en ville (pas seulement Paris en effet) ne se ferait pas du jour au lendemain, la durée de vie d’une voiture étant d’environ 8 ans on pourrait décréter aujourd’hui que les VT sont *strictement* interdits en ville à partir du 15/12/2022. Si quelqu’un est assez bête pour acheter un VT d’ici là il n’aura pas à se plaindre. Ainsi le nombre de VT diminuera progressivement jusqu’à l’échéance. Difficile de faire plus doux comme transition !

Posté le 15-12-2014 à 21:26:09 par electronlibre

On peut aussi espérer se passer de batteries au cours de ce siècle grâce aux recherches sur les supraconducteurs. Les "chercheurs" estiment possible de "fabriquer" un matériau supraconducteur à température positive(°C).
On pourrait envisager de petits "réservoirs" de ce matériau que l’on pourrait "brancher" dans le VE pour faire -disons- 100 kms, et si on veut faire 800 kms on louerait 7 autres "réservoirs" en station service où ceux-ci seraient rechargés.

Mais cela ne résout pas la problématique de la production d’électricité(polluants du thermique, radioactivité du nucléaire, ondes basse fréquence de l’éolien, dégradation du biotope de l’hydraulique...).
Pour cela il faut une production neutre pour l’environnement, et il n’y a pas beaucoup de solutions.

Pour les pétroleurs (je ne parle pas des consommateurs qui en grande majorité subissent ce mode énergétique mais de ceux en minorité ont des intérêts financiers dans le pétrole et ses dérivés), la réalité de la production c’est:
-les conséquences toujours visible 4 ans après de la marée noire dans le golfe du Mexique.
-la marée noire dans le delta du Niger d’une surface équivalente au Portugal.
-l’extraction du pétrole de schiste et des sables bitumineux qui sont une véritable catastrophe environnementale.

Disons en conclusion que toute activité de l’homme "moderne" est polluante, à divers degrés bien entendu.

Posté le 16-12-2014 à 07:54:29 par Christophe

@Didier
La liberté de vivre que vous énoncez est aussi valable concernant le CO2 qui par son effet de serre est en train de détruire notre planète et sur cela vous êtes particulièrement muet voir vous écartez la problématique ("on a un rejet de CO2 (peu importe combien exactement").
On peut avoir un VP et sa place de parking hors voie publique et pour autant ne pas pouvoir y installer une prise de courant et cela vous ne voulez pas le voir, vous préférez insulter leurs propriétaires.
Ensuite j’aime bien la place dédiée et l’électricité gratuite, en plus de ne pas payer la TICPE qui sert pour partie à l’entretien des voies, le propriétaire de VE coûte à la collectivité à deux titres (place gratuite et électricité). Désolé, je pourrai employer le même qualificatif que vous mais je m’en garderai bien, quand on fait des choix on les assume. J’ai décidé d’habiter en ville et j’ai pu me passer d’une voiture et je ne vais pas me laisser dicter les règles que je dois suivre par des gens qui m’apportent des nuisances (qu’eux ont voulu fuir).

Posté le 15-12-2014 à 14:55:56 par Mathieu

Dans certains cas, la Zoé est plus chère que la Clio :
http://www.global-et-local.eu/IMG/pdf/comparatif_cout_utilisation_ZOE_vs_Clio_-_02-2013.pdf

Et de toutes façons, ce ne sont pas les mêmes voitures...

Posté le 16-12-2014 à 12:23:48 par Didier pour Christophe

Le CO2 est aussi un problème, et alors, grâce aux VE les rejets de CO2 sont bien moindre, de quoi vous plaignez-vous ? Mais ça ne veut pas dire qu’il faut des VE partout pour tout faire même lorsque ce n’est pas du tout pertinent, comme 500 km en inter-urbain avec des batteries d’une tonne dont 90% de la capacité n’est utilisée que 2 ou 3 fois par an. Ce qui est pertinent c’est les VE en ville, avec des batteries capable d’assurer 200 km, pas de CO2 (ok) mais surtout pas de pollution de l’air ce qui est vital car en ville il y a à la fois beaucoup de voitures, beaucoup de chauffages, et beaucoup de poumons !

Pour ce qui est d’avoir une place et de ne pas avoir le droit d’installer une prise vous faites erreurs, renseignez-vous, ça s’appelle le droit à la prise, votre syndic ne peut pas refuser. Evidemment il faut payer les travaux, mais si vous n’avez pas les moyens d’avoir une voiture prenez un vélo. Il n’y a pas de droit à la voiture ! Ou alors prenez une voiture moins chère, eg une Zoé avec batteries louées plutôt qu’une Leaf avec batteries, vous pourrez ainsi payer l’installation de la prise !

Et je n’insulte pas les propriétaires, lesquels d’ailleurs, d’appartement ? de villa ? de VT ? de VE ? Ah les idiots qui achètent une voiture puis se demandent où ils vont la garer. Ce n’est pas une insulte, juste un constat...

Pour ce qui est de l’électricité gratuite c’est quoi le problème, vous avez bien les lampadaires gratuits ça ne vous gène pas ? Si on estime que fournir 10A en heures creuses permet de sauver des milliers de vies chaque année et évite des dizaines de milliers de malades, c’est super. Ou si vous préférez ça vous fera économiser des impôts (sécurité social), enfin si vous en payez... Pour la TICPE elle ne concerne pas l’entretien des routes en ville, là encore renseignez-vous, et je suis le premier à dire que le VE n’est pas fait pour l’inter-urbain...

Enfin, votre conclusion est ridicule, vous vous passez de voiture, ok, c’est très bien mais puisque vous êtes si intelligent vous devriez essayer de comprendre que tout le monde ne peut pas. Mais le pire c’est que par votre bêtise vous vous gachez la vie car vous marchez dans des rues polluées, vous devriez être le premier à militer pour le développement des VE !

Pour Mathieu : qu’une voiture coûte un peu plus chère qu’une autre *selon l’usage* c’est du détail... L’important c’est que Zoé ne fait aucun rejets polluants, manifestement Christophe s’en moque mais il sera content je pense que la Zoé participe bien moins à l’effet de serre qu’une Clio...

Posté le 16-12-2014 à 16:54:37 par Christophe

@Didier
Vous êtes décidément insultant et loin d’avoir la science infuse.
Où ai-je dit que j’étais en copropriété, arrêtez de savoir mieux que moi ce que je peux faire sans même connaître le contexte.
Renseignez-vous, l’habitacle d’un véhicule est bien plus pollué que l’air autour du véhicule y compris sur le trottoir au niveau de la tête des enfants. Alors pour ma santé je préfère être piéton que pris dans les embouteillages dans un VE, en plus cela me permet de faire de l’exercice et cela aussi c’est bon pour la sécurité sociale !
Pour revenir à votre droit à la prise sur le domaine public, cet argent dépensé pour un intérêt personnel serait bien mieux dépensé pour un intérêt commun par exemple pour développer des TC électriques (cela rejoint donc votre envie de bouter hors de la ville les TC diesel) qui de plus sont bien plus efficients en terme de réduction d ela consommation énergétique et de la production de C02 que des VE. Et au moins cela aurait le mérite de profiter à tout le monde y compris les personnes ne pouvant pas avoir de VP (mineurs et handicapés (aveugles et mal voyants par exemple)). Cela vous avez l’air de l’oublier dans votre individualisme forcené.

Posté le 16-12-2014 à 18:04:15 par Christophe

@Didier
Vous ne pouvez ignorer que l’objectif de réduction de production de CO2 a été indiqué par l’Ademe : chaque individu ne doit pas produire plus de 860 kg par an (y c déplacement, chauffage et alimentation).
En considérant 50 g / km pour un VE, vous avez atteint les 860 kg en seulement 17500 km.
Alors votre solution de VE pour tout le monde en ville est loin d’être suffisante.
Par un contre un TC électrique c’est moins de 7 g/passager.km.

Posté le 17-12-2014 à 12:05:46 par electronlibre

Mais arrêtez de vous focaliser sur le CO2, nos chers gouvernants ont réussi à vous culpabiliser avec ce pauvre gaz qui n’a jamais tué personnes(on en boit dans les sodas).
Il faudra m’expliquer pourquoi depuis 17 ans, alors que la concentration de CO2 dans l’atmosphère n’a cessé d’augmenter, les températures moyennes mondiales sont restées stables.

Posté le 17-12-2014 à 12:31:20 par Christophe

@electronlibre
On ne doit pas avoir les même sources.
Continuez si vous voulez à croire que vous pouvez continuer à vivre comme vous le faites actuellement et d’ici 50 ans on comptera les morts !

Posté le 17-12-2014 à 14:33:45 par electronlibre

@ Christophe

Savez vous comment je vis?
Je réside dans une petite commune rurale et j’ai actuellement une R19 de 1992 essence qui consomme environ 7 litre aux 100 en moyenne annuelle et ne parcours avec que 3500 km par an. Pour les petits trajets je prend mes vélos (boulot, sport)avec lesquels je fait plus de 3000 km par an.
Et comme je n’ai pas les moyens pour acheter un VE même d’occase(j’aimerai bien mais faut pas rêver) et bien je vais continuer à vivre comme çà, avec les fruits et les légumes de mon jardin arrosés à l’eau de pluie (8m3 de réserve).

Je ne vais pas culpabiliser parce que des nantis veulent me faire croire que je vais transformer la planète en grille-pain.

Posté le 17-12-2014 à 15:19:30 par Christophe

@electronlibre
Je trouve votre discours assez incohérent. D’un côté vous avez un mode de vie peu producteur de CO2 (moins de 700 kg/an avec votre voiture) qui est tout à fait en accord avec les objectifs de réduction et de l’autre vous réfutez les problèmes que les GES peuvent poser.
Finalement nos discours se rejoignent, en effet je ne prône pas un VE pour tout le monde, j’espère juste que chacun est conscient de son empreinte et manifestement vous en êtes plus que conscient. Par contre, je m’insurge contre les discours qui veulent éliminer systématiquement les VT.
Votre exemple est le parfait exemple que l’on peut avoir une empreinte limitée tout en roulant en VT, c’est juste une question d’usage.
Rassurez-vous les nantis ont du souci à se faire et c’est pour cela qu’ils réagissent violemment, ils vont être obligés de modifier notablement leur manière de vivre.
A contrario, les "pauvres" sans voiture et qui vivent en HLM sont déjà relativement vertueux (pour information le parc HLM est moins dispendieux en calories que le parc privé).

Posté le 17-12-2014 à 15:43:44 par JPZ

TM4 ce sont moteurs performants avec des aimants permanents de terres rares.
Les batteries LiFePO4 de l’IREQ avec utilisation du lithium optimisé et une durée de vie supérieure à 50 ans.

le fort potentiel rentable du recyclage des matériaux nous permettra d’augmenter le nombre de véhicules électriques sans trop risquer de manquer de matières premières. L’utilisation de matériaux composites permettra d’augmenter la durée de vie utile et fiable des véhicules électriques bien au delà d’une décennie possiblement 25 ans.

Posté le 17-12-2014 à 20:42:07 par electronlibre

Je suis très conscient de la pollution générée par les activités humaines (à divers degrés) mais je ne comprends pas pourquoi on désigne le CO2 coupable d’événements climatique tout à fait naturel et normal:

https://www.youtube.com/watch?v=clJdzW9a5FQ et

http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/11/18/theorie-de-leffet-de-serre-atmospherique-suite-et-fin/

https://www.youtube.com/watch?v=k7j79rgZj-M

je suis serein, quand l’heure sera venue, les oligarques tomberont de bien plus haut que moi et beaucoup n’y survivront pas (voir la crise de 1929).

En tout cas, ne faites pas l’économie d’une réunion de famille pour les fêtes, Noël ou Jour de l’An au choix.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème KN BatteryChain. Logistique des batteries lithium sur le cycle de vie
C’est dans le cadre du New Mobility World 2017, intégré au salon automobile qui se tient actuellement à Francfort (Allemagne), que Kuehne + Nagel a officiellement lancé...
1er petit-déjeuner entre collectivités territoriales : une réussite
Hier, le premier petit-déjeuner « mobilité électrique » organisé par la Mairie de Cagnes-sur-Mer, Enedis et l’AVEM a permis aux acteurs du terrain et élus locaux...
On parle de voitures électriques sur le Web
La mobilité électrique avance ! Pour s’en persuader, il suffit de lire les quelques articles Web régulièrement produits sur le sujet par des médias non spécialisés....
Un petit-déjeuner mobilité électrique pour les collectivités le 05 septembre
Quelques jours avant les Journées AVEM de l’électro-mobilité qui réuniront de nombreux acteurs de la mobilité électrique, l’AVEM, la Mairie de Cagnes-sur-Mer et Enedis...
La Tesla Model 3 s’ouvrira avec un smartphone ou une carte
Tesla vient de dévoiler de nouvelles images de son Model 3 et de ses possibilités de déverrouillage, place au smartphone et à la carte NFC, exit la clé FOB ! Selon un...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact