Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 11/12/2020 à 10:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2724 fois - 12 commentaires


Nouvelle usine pour recycler 14 tonnes de batteries lithium par jour


Régulièrement évoquée comme grave inconvénient de la mobilité électrique, l’absence de recyclage des accumulateurs lithium est un leurre. Ce que nous prouve une nouvelle fois une entreprise spécialisée dans le domaine. Après le site de sa filiale Recupyl près de Grenoble (38), TES vient d’inaugurer à Singapour une unité capable de réinjecter dans le circuit de fabrication des batteries jusqu’à 99% des matériaux stratégiques comme le cobalt et le lithium.

280.000 batteries de téléphones

Les 14 tonnes de batteries lithium-ion que TES B peut traiter par jour représente un volume de 280.000 téléphones portables, ou entre 50 et 75 packs de voitures électriques. Ce type d’établissements est en train de se multiplier aux 4 coins du monde. Celui de Singapour affiche des taux de récupération particulièrement importants puisque 90% des matières qui composent les déchets à l’entrée de l’usine peuvent être réinjectées selon le principe de l’économie circulaire afin de fabriquer de nouvelles batteries. Le pourcentage est même plus élevé avec les matières stratégiques comme le cobalt et le nickel pour lesquels des craintes sont régulièrement mises en avant concernant leur disponibilité à long terme.

Des niveaux jamais atteints

Moins émissif en CO2 que les autres méthodes de recyclage des batteries au lithium, « le procédé d’hydrométallurgie exclusif exploité par TES permet d’extraire des matériaux tels que le lithium et le cobalt à des niveaux de pureté et des taux d’extraction inégalés, ce qui les rend matériellement et commercialement viables pour une réutilisation dans la chaîne d’approvisionnement dédiée à la fabrication des batteries », confirme TES. Outre l’obligation faite aux industriels de récupérer, afin d’éviter toute pollution, les batteries des appareils et véhicules qu’ils fabriquent, le recyclage des accumulateurs lithium-ion est rendu nécessaire par les perspectives de développement de la demande. Selon GlobalData, par exemple, les besoins en lithium devraient passer d’environ 47.300 tonnes en 2020 à 117.400 tonnes en 2024.

Un écosystème qui se met en place

Vice-président à l’échelle mondiale pour les opérations liées aux batteries chez TES, Thomas Holberg commente ainsi l’ouverture à Singapour de cette nouvelle usine de traitement des accumulateurs en fin de vie : « Alors que leur utilisation augmente de façon exponentielle dans le monde entier, les batteries lithium-ion ont commencé à créer leur propre écosystème. Leur recyclage et leur réutilisation appropriés quand elles sont usagées sont essentiels pour maintenir l’économie circulaire. TES établit des normes élevées dans son engagement envers la durabilité. Avec nos investissements dans des technologies innovantes comme le recyclage des batteries, nous jouons notre rôle ».


Mots clés : batterie | lithium | recyclage | électrique | véhicule | voiture | TES
Catégories : Batterie |

Commentaires

Posté le 11-12-2020 à 10:35:09 par Daniel

Voilà qui devrait modérer les ardeurs de ceux qui dénigrent systématiquement le recyclage ou non recyclage des batteries. Rome ne s’est pas faite en un jour.

Posté le 11-12-2020 à 14:25:18 par Burgou23

C’est étrange comme ce genre d’info n’est, je pense qu’on peut le dire, jamais diffusé par nos principaux médias. Par contre, pour critiquer négativement, il y a le choix.

Posté le 11-12-2020 à 17:08:24 par Christophe

@Burgou23
C’est étrange conne un certain genre d’info diffusée par nos principaux médias n’est jamais diffusée par les sites de lobbyistes de la bagnole électrique :

- https://www.lefigaro.fr/flash-eco/au-dela-des-gaz-d-echappement-l-ocde-alerte-sur-la-pollution-des-freins-et-pneus-20201207
"Les véhicules électriques légers, à faible autonomie, rejettent entre 11 et 13 % de PM2.5 de moins que les véhicules thermiques de même catégorie. En revanche, les véhicules électriques chargés de lourdes batteries qui leur donnent une grande autonomie affichent des émissions de PM2.5 de 3 à 8 % plus élevées que les véhicules classiques." "Il suggère également que les véhicules électriques ne soient pas exonérés des péages destinés à réduire la pollution automobile. Les réglementations ciblant la circulation routière devraient au contraire prendre en considération les émissions à l’échappement et «hors échappement» de tous les véhicules, et tenir compte de facteurs comme le poids des véhicules et la composition des pneus, soulignent les auteurs du rapport".

- https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/28/pollution-les-particules-les-plus-toxiques-seraient-celles-issues-du-chauffage-au-bois-et-de-l-usure-des-freins-et-des-pneus_6061446_3244.html
"les particules les plus toxiques seraient celles issues du chauffage au bois et de l’usure des freins et des pneus"

- https://www.challenges.fr/automobile/dossiers/l-usure-des-pneus-premiere-source-de-particules-fines_731439
"Les pneus d’une voiture familiale moyenne relâchent 1.300 fois plus de particules dans l’atmosphère que son moteur"

Par contre pour focaliser sur les particules de combustion (et plus particulièrement diesel) et sur le freinage régénératif, il y a du monde.

Posté le 11-12-2020 à 17:18:04 par Christophe

Maintenant parlons des 3 méthodes connues pour recycler les batteries :
- pyrométallurgie avec pyrolyse à 500 °C dans un four alimenté au gaz,
- hydrométallurgie avec électrolyse pour séparer les éléments,
- séparation sous vide.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrom%C3%A9tallurgie

En terme de consommation énergétique le premier est le plus énergivore.
Par contre pour les deux autres, il y a moins de consommation énergétique mais on consomme de l’électricité.
Selon la base carbone, l’électricité de Singapour c’est 499 g / kWh contre 243 pour la combustion du gaz.
Pour qu’il y ait vraiment une baisse des émissions de CO2 il faut au moins consommer 50 % d’énergie en moins.
Au final, cela aurait été moins émetteur d’installer cette usine dans un pays ayant de l’électricité bas carbone.
Il faut aussi intégrer le transport des batteries puis des matériaux récupérés jusqu’à l’usine de fabrication des cellules.

Pour ma part l’essentiel des critiques sur le recyclage des batteries que j’ai vues portaient justement sur la consommation énergétique et la production de GES pour le faire. Recycler des batteries pour produire plus de GES qu’avec des matériaux extraits de carrière, c’est peut-être bon pour l’environnement mais pas pour la planète et la pollution.

Posté le 12-12-2020 à 10:05:37 par Phenix83

@ Daniel ,oui il manque des infos sur les technologies de construction de batterie et sur le recyclage .Dans ces usines de recyclage il est possible avec des filtres adaptés de limiter les rejets polluants et de récupérer de la chaleur produite .Sur France Inter ce matin 12 déc des spécialistes ont rappelé que la France possède une électricité très décarbonée et que pour les véhicules légers parcourant de courtes distances les batteries légères étaient une bonne solution.Autre info des producteurs d’hydrogène français , H2 "vecteur d’énergie " coute actuellement 2 Euros le kilo par la filière gaz ,et 8 Euros le kilo par la filière électrolyse et 90 % de l’hydrogène provient de la filière pétrole /gaz .La production de H2 n’est pas aussi verte que ce qu’on peut lire dans les médias .Ces producteurs de H2 disent qu’actuellement H2 est plus adaptée aux transports lourds compte tenu du cout actuel de la pile à combustible.Seule une production de masse de pile à combustible pourra diminuer le cout .Des projets sont lancés en Europe.

Posté le 13-12-2020 à 10:46:38 par Phenix83

@Daniel et Burgou23 ,une technologie prometteuse de batterie Ultra Fast Carbon Electrodes est actuellement en cours de développement en France par la société NAWA ,soutenue par SAFT. Caractéristiques très intéressantes par rapport au Lithium :Densité d’énergie x3 (poids divisé par 3 à capacité énergétique égale),temps de charge divisé par 30 ,gamme puissance plus haute...Sortie industrielle en 2022 !
On rève ...

Posté le 13-12-2020 à 17:35:31 par electronlibre

@Phenix83
Encore une énième annonce mirifique sur le sujet des batteries de traction...

Posté le 14-12-2020 à 09:20:56 par Christophe

Ah pardon, ils en parlent
https://www.automobile-propre.com/ce-rapport-pointe-du-doigt-les-emissions-cachees-des-voitures-electriques/
La lecture permet de retrouver toutes les fables racontées par les lobbyistes de la bagnole électrique à commencer quand on parle de particules d’abrasion par la réduction aux particules de freins :
"alain.menardi
Les freins sont très peu utilisés puisque la réduction de vitesse de fait presque exclusivement par récupération d’énergie"
"rv45
L’état français n’a rien fait pendant 10 années sur la pollution de l’air et maintenant qu’il est condamné à payé de lourdes amendes infligés par la cours de justice Européenne il essaye de ce justifier avec l’abrasion des plaquette de freins des voitures électriques, c’est pathétique. 60 000 morts par an autant que le coronavirus mais tous les ans!"
Evidemment en oubliant que l’usure des pneus est la principale source de particules d’abrasion, directement impacté par la masse en mouvement.
Et évidemment pas de commentaire sur la solution la plus efficace pour réduire la pollution, la réduction drastique de l’usage. Pas étonnant de la part de gens dont le mode de vie est construit autour de la bagnole. On préfère raconter des fables, se trouver des circonstances atténuantes que de se remettre en question.

Posté le 14-12-2020 à 15:07:10 par Daniel

Vivement la voiture sur coussin à air et qui sera propulsée par la seule volonté de son conducteur. Mais je suis sûr que quelqu’un aura quelque chose à lui reprocher. Peut-être de produire des courants d’air.

Posté le 18-12-2020 à 05:50:45 par Iker

@Christophe
« Selon la base carbone, l’électricité de Singapour c’est 499 g / kWh contre 243 pour la combustion du gaz.
Pour qu’il y ait vraiment une baisse des émissions de CO2 il faut au moins consommer 50 % d’énergie en moins.
Au final, cela aurait été moins émetteur d’installer cette usine dans un pays ayant de l’électricité bas carbone. »

Il n’y a pas d’ensoleillement à Singapour ? Il y a une règle qui interdit à cette usine d’installer des panneaux solaires dont les prix baissent de 13 % par an au point aujourd’hui d’avoir un coût du MWh cinq à dix fois moins élevé que le nucléaire français, selon l’endroit où l’on se situe, et jusqu’à vingt fois moins cher que le prix Du MWh issu des EPR ?

Deuxième question Christophe : le code typographique étant assez précis sur l’usage de la ponctuation à l’intérieur des chiffre, quand vous reprenez la citation de challenge : « Les pneus d’une voiture familiale moyenne relâchent 1.300 fois plus de particules dans l’atmosphère que son moteur », je doute que Challenge ne connaisse pas le code typographique à l’usage de la presse, de l’édition, ou en vigueur à l’université.

C’est une discipline que j’ai enseigné à des milliers de journalistes en Europe et « 1.300 » à la place de « 1 300 » c’est la manière dont les anglo-saxons écrivent les chiffres, pas les français.


Quand ils disent « 1.300 fois plus de particule » ils veulent dire 1 300 fois où il veulent dire 1,3 fois

« 1.300 fois » à la place de « 1 300 fois » Ça vous paraît juste crédible ? Il y a des documents scientifique contradictoire et établis qui permettent de vérifier ce nombre ou est-ce juste la reprise d’un communiqué d’un lobbyiste ?

Posté le 18-12-2020 à 05:50:45 par Iker

@Christophe
« Selon la base carbone, l’électricité de Singapour c’est 499 g / kWh contre 243 pour la combustion du gaz.
Pour qu’il y ait vraiment une baisse des émissions de CO2 il faut au moins consommer 50 % d’énergie en moins.
Au final, cela aurait été moins émetteur d’installer cette usine dans un pays ayant de l’électricité bas carbone. »

Il n’y a pas d’ensoleillement à Singapour ? Il y a une règle qui interdit à cette usine d’installer des panneaux solaires dont les prix baissent de 13 % par an au point aujourd’hui d’avoir un coût du MWh cinq à dix fois moins élevé que le nucléaire français, selon l’endroit où l’on se situe, et jusqu’à vingt fois moins cher que le prix Du MWh issu des EPR ?

Deuxième question Christophe : le code typographique étant assez précis sur l’usage de la ponctuation à l’intérieur des chiffre, quand vous reprenez la citation de challenge : « Les pneus d’une voiture familiale moyenne relâchent 1.300 fois plus de particules dans l’atmosphère que son moteur », je doute que Challenge ne connaisse pas le code typographique à l’usage de la presse, de l’édition, ou en vigueur à l’université.

C’est une discipline que j’ai enseigné à des milliers de journalistes en Europe et « 1.300 » à la place de « 1 300 » c’est la manière dont les anglo-saxons écrivent les chiffres, pas les français.


Quand ils disent « 1.300 fois plus de particule » ils veulent dire 1 300 fois où il veulent dire 1,3 fois

« 1.300 fois » à la place de « 1 300 fois » Ça vous paraît juste crédible ? Il y a des documents scientifique contradictoire et établis qui permettent de vérifier ce nombre ou est-ce juste la reprise d’un communiqué d’un lobbyiste ?

Posté le 18-12-2020 à 07:53:25 par Christophe

@Iker
L’article fait-il état de l’alimentation de l’usine par des panneaux solaires ?
Non, pourtant dans la communication bien rodée façon greenwashing, si c’était la cas ce serait indiqué.

Oui il y a des études qui confirment ce "1.300 fois plus de particules", notamment d’un organisme de mesures bien connu, et auquel certains politiques font référence, qui cherche à établir un classement des véhicules en fonction de leur pollution intrinsèque. Cette campagne ainsi qu’une autre les a ébranlé en remettant en doute leurs certitudes notamment celles à l’origine de leur premier classement.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Inauguration d’une station de recharge Ionity avec Bob66
C’est le 10 février 2021 qu’a été inaugurée la 74e station de recharge pour la France du réseau Ionity. Au niveau européen, elle s’inscrit comme 326e d’un programme qui...
E-Retro Max, le nouveau scooter électrique français !
Easy-Watts passe à la vitesse supérieure avec son incontournable E-Retro dans une nouvelle déclinaison équivalent 125 cm3. Ce modèle est proposé en plusieurs coloris :...
Vélos électriques : Decathlon et Doctibike vérifient les batteries
Une autonomie de plus en plus faible, des recharges qui ne démarrent pas, un manque de puissance, des coupures d’assistance, etc. : C’est sans doute la batterie de votre...
Le point sur l’objectif 100.000 bornes avec Corinne Frasson
L’année 2021 sera l’année de l’accélération de la mobilité électrique avec l’objectif de l’Etat d’atteindre 100.000 bornes de recharge ouvertes au public sur le...
Kia lance KiaCharge, la recharge en itinérance
Kia France lance KiaCharge, une offre de recharge en itinérance, sans abonnement, donnant accès, en toute simplicité et liberté, à l’un des plus vastes réseaux de...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact