Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 05/11/2020 à 12:18 par EMMANUEL MAUMON - Lu 1829 fois - 3 commentaires


La Commission européenne en soutien au plan Bus 2025 de la RATP


La Commission européenne vient de valider l’attribution d’une subvention de 23 millions d’euros pour l’achat de bus électriques et la conversion à l’électrique des dépôts de bus en Île-de-France. Une subvention prochainement attribuée dans le cadre du programme européen « Connecting Europe Facility » qui vise à financer les infrastructures de transports durables. Complétée par un prêt équivalent de la Caisse des Dépôts, partenaire de la Commission européenne dans la mise en œuvre de ce programme, cette aide vient conforter la volonté d’Île-de-France Mobilités et de la RATP d’être des acteurs très engagés dans la réussite du Green Deal européen dont l’objectif est de faire de l’Union européenne la première économie neutre en gaz à effet de serre d’ici à 2050.
Rappelant que l’autorité organisatrice des transports Île-de-France Mobilités s’est donnée pour objectif de convertir 10 500 bus et cars roulant sur son réseau aux énergies propres avec deux échéances : 2025 pour les zones urbaines les plus polluées et 2029 pour l’ensemble de la région, la Présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse s’est félicité de ce soutien financier de la Commission européenne qui souligne la dimension européenne du projet francilien. Un programme qui va se poursuivre durant plusieurs années et pour lequel l’appui de l’Union européenne est primordial.



600 nouveaux bus électriques et biogaz par an dès 2021

Lancé dès 2014, le plan Bus 2025 répond à la volonté d’Île-de-France Mobilités de supprimer les bus diesel du réseau francilien et de les remplacer par des bus propres. Après une première phase d’expérimentation, des premiers appels d’offres ont été lancés et la RATP compte réceptionner 1 500 bus neufs électriques et 2 200 bus biogaz d’ici à 2025. D’ores et déjà, près de 600 nouveaux bus électriques ou biogaz sont attendus dès l’année prochaine pour verdir progressivement le parc de la RATP qui compte aujourd’hui 142 bus électriques et 240 fonctionnant au GNV.
Tout en se déclarant fière d’avoir obtenu ce premier soutien, Catherine Guillouard, la Présidente Directrice Générale de la RATP, espère bien que la Commission européenne continuera à soutenir dans la durée ce programme dont l’ampleur et la valeur ajoutée n’ont pas d’équivalent en Europe. Un Plan qui a déjà permis à la RATP de réduire ses émissions de gaz à effet de serre ainsi que sa consommation énergétique de 20% par rapport à 2004, et dont l’objectif est de diminuer de 50% le bilan carbone de la RATP.



L’adaptation des dépôts de bus à la mobilité électrique

Outre l’aide à l’acquisition de bus électriques, la subvention de la Commission européenne doit également servir à financer la transformation de l’outil industriel de la RATP. Celle-ci a déjà engagé d’importants chantiers d’adaptation au sein de ses centres techniques afin de convertir progressivement à l’électrique et au biogaz ses 25 dépôts installés en Île-de-France. La transformation de ces dépôts pour qu’ils soient en mesure d’assurer la recharge des bus électriques ou l’alimentation en bio GNV des bus représente un défi technologique pour la RATP qui a prévu d’investir près de 600 millions d’euros afin d’être en mesure de le relever.
Aujourd’hui, 13 centres bus vont être adaptés et modernisés afin d’être équipés à 100% de bus électriques. Il s’agit des sites de Lagny, Corentin, Pleyel, Lilas, Béliard, Lebrun, Croix-Nivert, Malakoff, Point-du-Jour, Asnières, Charlebourg, Vitry et Neully Bords de Marne. Les sites de Lagny et Corentin ont été les premiers à avoir été équipés, tandis que des travaux sont actuellement en cours sur trois sites : Pleyel, Lilas et Lebrun. A Malakoff, le chantier doit débuter d’ici la fin de l’année. Les travaux démarreront ensuite progressivement sur les autres sites afin que la RATP soit en mesure d’accueillir et de faire fonctionner les quelques 1500 bus électriques attendus d’ici à 2025.




Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Bus électriques | RATP | Île-de-France Mobilités | Commission européenne | Bus 2025
Catégories : Bus électrique et hybride |

Commentaires

Posté le 05-11-2020 à 19:01:49 par Christophe

J’ai compris depuis longtemps que la réduction significative de la pollution dans les villes et l’atteinte de la neutralité carbone passaient par un transfert massif des autosolistes vers les modes doux et les TC et même si ces derniers sont diesel.
Par contre pour me convaincre d’utiliser les TC plutôt qu’une voiture, il faut aussi que le temps de trajet (éventuellement en intermodalité) soit plus court et aussi confortable qu’en voiture.
Remplacer les bus diesel par des bus électriques permet-il d’augmenter la vitesse commerciale des bus en IdF et plus particulièrement dans Paris ? Si non, ce n’est pas cela qui va réduire significativement ni la pollution ni les émissions de GES en IdF.

Posté le 06-11-2020 à 09:38:38 par pdebano

C’est étrange, en lisant votre article, j’ai eu une vision, celle de Mmes PECRESSE et GUILLOUARD en qípáo, grande robe traditionnelle chinoise (non, pas en dentelle de Calais), présentant sur un coussin les clés du marché bus de Paris. On distinguait bien au loin des gueux ardéchois et d’autres gueux debout sur des rouleaux de fil rouge (non pas du fil à coudre) qui criaient « nous voulons du travail» mais ils étaient maintenus à bonne distance par la police de l’ADEME, totalement infiltrée par les agents du Zh #333;ngguó Gòngch #462;nd #462;ng qui détruisent tout courriel entrant de résistants français, certes un peu illuminés et sous tension (de 750 volts). En effet, on subventionne allègrement des produits à très forte dépendance chinoise, et pas si écologiques que cela, alors que la France (l’Europe si on veut une concurrence) est tout à fait capable de produire des bus électriques beaucoup plus écologiques et sans aucune dépendance de l’Asie, donnant en plus du travail à une main d’œuvre française. Cela s’appelle le trolleybus, mais ces dames n’en veulent surtout pas ; bon, c’est vrai que la robe traditionnelle ardéchoise est beaucoup moins seyante. Espérons que les gueux sus-mentionnés auront la délicatesse de ne pas faire de jacquerie.

Posté le 06-11-2020 à 10:45:23 par Christophe

@pdebano
Tout à fait d’accord avec vous.
Le trolleybus en site propre, c’est parfait pour augmenter la performance des bus et donc inciter à leur usage. Ce qui permet de réduire drastiquement l’usage de la voiture en ville et donc de réduire significativement la pollution et les émissions de GES en IdF.
L’exemple à suivre en la matière c’est Lyon qui réussit la prouesse d’avoir une part modale de la voiture inférieure à celle de Strasbourg pourtant championne de la bicyclette. Mais Strasbourg vient enfin de comprendre son erreur et se décide enfin à investir massivement dans les TC.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Mercedes présente l’EQA, un SUV compact 100% électrique
Mercedes a présenté la semaine dernière son nouveau SUV électrique. L’EQA est le nouveau modèle d’entrée de gamme dans le monde entièrement électrique de Mercedes EQ. Il...
Stellantis fait de la mobilité durable le pilier de son développement
La fusion entre les groupes PSA et Fiat Chrysler Automobiles est devenue effective le 16 janvier. Elle a donné naissance à « Stellantis », une entreprise résolument...
274 chargeurs commandés par la RATP à Ekoenergetyka
Il s’agit de la deuxième commande de l’opérateur francilien en transport collectif à l’entreprise polonaise. Un premier contrat signé en 2018 a déjà été honoré, avec 96...
Une expérimentation de navette autonome sur Nice Côte d’Azur
Présentation vendredi dernier au sein du campus du développement durable, implanté sur la technopole de Nice Méridia, d’une expérimentation de navette électrique...
Renault : la Renaulution passe par la mobilité électrique
Luca de Meo, le CEO du Groupe Renault, a présenté jeudi son plan stratégique visant à tracer les grandes lignes du développement du constructeur automobile jusqu’en 2025...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact