← Revenir aux actualités

Eco GP – Andorre – 24 mars 2018 : Sur la neige en voitures électriques Rédigé par Philippe Schwoerer le 13 Mar 2018 à 00:00 0 commentaires

La première épreuve de la saison 2018 de l’Eco Grand Prix (Eco GP) se déroulera le samedi 24 mars prochain, sur le circuit montagneux et enneigé du Pas-de-la-Case, en Andorre. Les organisateurs estiment que c’est la première course au monde à se disputer entre particuliers sur la neige à bord de voitures électriques. Une semaine avant cette épreuve, le samedi 17 mars 2018, Rafael de Mestre passera par Bordeaux (33) pour faire la promotion de cette compétition. Il sera disponible entre 17 et 19h30, sur le circuit GTRS de Mérignac.

Ouvert à toutes les voitures électriques

Pas besoin de disposer d’une sportive survoltée pour participer à l’Eco Grand Prix qui, durant 5 ans, avait pour unique décor le circuit de Calafat, en Espagne. En 2017, les concurrents ont ainsi inscrit, bien sûr des Tesla Model S et Roadster R80, mais aussi des Renault Zoé et Fluence, Nissan Leaf, BMW i3, Opel Ampera, Tesla Model X, Hyundai Ioniq et Kia Soul EV. Pour la première épreuve de l’Eco Grand Prix qui s’écarte du circuit espagnol, une Smart ED est déjà engagée. Elle fera partie des 12 voitures à prendre le départ dans une quinzaine de jours, à Andorre. Les organisateurs affichent clairement leur ouverture à tous les modèles, citant au passage les Citroen C-Zero, E-Mehari et E-Berlingo Multispace, et en assurant vouloir démontrer : « que même une compétition de 5 heures est gérable sur n’importe quelle voiture électrique ».

Une catégorie par VE

Si s’engager en Peugeot iOn ou en Smart ED face à des Tesla Roadster R80 conserve tout son sens, c’est tout simplement parce qu’à l’Eco Grand Prix il y a une catégorie par modèle de voitures : Catégorie « Renault Zoé », Catégorie « BMW i3 », Catégorie « Kia Soul EV », etc. Pour comprendre tout l’intérêt de cette compétition, rien de mieux que de laisser parler l’organisation : « Vous êtes invités à venir en Andorre avec votre voiture électrique pour établir le premier record de votre marque lors de la première course du monde sur neige ». L’Eco Grand Prix ne peut être comparé, bien sûr, à l’épreuve du Trophée Andros dédiée aux engins électriques. Dans cette dernière, il n’est pas question pour un particulier d’y participer avec sa voiture électrique de tous les jours.

Frais de participation

Pour participer comme conducteur à cette épreuve, les frais d’inscription sont particulièrement modestes : 50 euros. Une mise récupérable à 2 conditions : franchir la ligne d’arrivée et être membre d’un club d’utilisateurs de véhicules électriques. Bien entendu, les éventuels frais d’hébergement ne sont pas compris. L’organisation a négocié avec la direction de l’Hôtel Coma, à Ordino (Andorre), un tarif spécial pour les participants : 100 euros la nuitée (petit déjeuner et dîner inclus). C’est dans cet établissement qu’un briefing est prévu le 23 mars en soirée. Pour équilibrer son budget, l’organisation s’en remet aux sponsors pour lesquels un pack de partenariat est prévu contre un soutien de 500 euros. Aux automobilistes qui voudraient participer sans disposer d’une voiture électrique, le staff propose de trouver un véhicule.

Déroulement de l’épreuve

Depuis le lieu d’hébergement, les équipages disposeront de 40 minutes pour atteindre Pas-de-la-Case le samedi 24 mars 2018 en matinée. L’organisation promet « une route magnifique avec une vue extraordinaire sur le paysage andorran ». Les électromobiliens qui ont participé au Catalan Electric Tour en 2016 et/ou au Pyrénées Révéo Electric Tour en 2017 doivent très bien imaginer ce décor que Bob66 avait ajouté à ses 2 tracés. L’ordre d’arrivée à destination des concurrents déterminera leur entrée sur la piste enneigée. Il est précisé que : « Les pneus d’hiver sont indispensables et les clous ne sont pas autorisées ». Pour chaque catégorie de modèle représenté, sera considéré vainqueur l’équipage qui aura effectué le plus de tours du circuit en 4 heures de conduite. L’organisation précise : « La vitesse ne mènera certainement pas à la victoire, même si au Pas-de-la-Case, il y aura les stations de charge 22 kW, car certains arrêts seront nécessaires ». Les juniors n’ont pas été oubliés. Une course indoor de voitures télécommandées (Mario Cart, Yoshi, Bowser et Donkey Kong) leur est réservée. Pour eux, pas question de recharger à une borne : ils devront, pour perdre le moins de temps possible, échanger au plus vite les batteries quand le besoin s’en fera ressentir.

Suspense

Le suspense devrait être préservé : « En raison des différents styles de conduite et des différents types de voitures, vous ne saurez jamais quelle voiture gagnera dans quelle catégorie et quelle sera celle qui effectuera le plus de tours ». Le nombre de places est limité à 12 équipages, pas toutes pourvues à ce jour. Rafael de Mestre, connu pour son implication dans la mobilité électrique, et son tour du monde réalisé en 2012 avec une Tesla Roadster, sera dans les environs de Bordeaux, samedi prochain, 17 mars 2018 afin de promouvoir l’Eco Grand Prix. Il sera possible de le rencontrer sur le circuit GTRS de Mérignac, entre 17 et 19h30. L’opération est soutenue par Mobil’Eco, en lien avec Accus Service. « C’est une belle occasion de rencontres et d’échanges autour de tout l’écosystème de l’électromobilité », assure Renaud Lemaire, président de l’association.

Autres dates

Le calendrier prévisionnel de l’Eco Grand Prix compte déjà 4 autres dates qui constituent autant d’épreuves indépendantes :
– Mai 2018 : Challenge de nuit en République Tchèque,
– 15 septembre 2018 : Les 6 heures de Calafat (Espagne),
– 1-2 novembre 2018 : Les 24 heures de Bilster Berg (Allemagne),
– Juillet 2019 : Les 6 heures D’Alès (30).

partager cette actualité sur :

Commentaires

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos