← Revenir aux actualités

MIE – Projets retenus 1/2 : Recharge des véhicules électriques Rédigé par Philippe Schwoerer le 05 Jan 2018 à 00:00 0 commentaires

Pour suite à l’appel à projets clos en juillet 2017 et lancé dans le cadre du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe, la Commission européenne a retenu 39 dossiers, dont plusieurs concernent tout ou partie la mobilité électrique routière, ferroviaire, fluviale, et maritime. Rapide présentation de chacun d’eux en 2 articles complémentaires. Le premier, c’est-à-dire celui-ci, s’attachera aux actions en faveur du ravitaillement des véhicules électriques, qu’ils soient équipés de batteries de traction ou de piles à combustibles hydrogène. Le second regroupera celles en rapport avec les engins de transport en commun de personnes ou de marchandises.

Mécanisme pour l’interconnexion en Europe

Le développement de toutes les formes de mobilité durable passe aussi via les aides apportées par les collectivités à tous les niveaux. L’Union européenne a un rôle clé à jouer à ce sujet. Elle le fait en particulier à travers son Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE), aussi connu sous l’appellation « Connecting Europe Facility » (CEF). C’est l’Agence exécutive pour l’innovation et les réseaux (INEA), – gérant les programmes de l’UE dans le domaine des transports, de l’énergie et des télécommunications -, qui est chargée de réunir et distribuer les fonds aux coordinateurs des projets retenus. Globalement, ces derniers vont aider les pays embarqués dans les actions distinguées à atteindre leurs objectifs de réduction des émissions carbonées.

Priorités

Le MIE sélectionne les dossiers selon 3 priorités de financement. La première s’attache à supprimer les goulets d’étranglement, à combler les manques de liaisons, et à améliorer l’interopérabilité ferroviaire en particulier au niveau des sections frontalières. La deuxième cherche à développer la mobilité durable des personnes et des marchandises, en rendant plus efficients et moins carbonés les modes de transport, notamment par l’apport des nouvelles technologies. Enfin, le MIE va jeter un regard bienveillant sur les solutions qui visent à optimiser l’intégration et l’interconnexion des modes de transport et à améliorer l’interopérabilité des services. L’appel à projets, publié le 8 février 2017, est scindé en 2 échéances pour la remise des dossiers complets : 14 juillet 2017 et 12 avril 2018, respectivement dotées d’une enveloppe de 1 milliards et 350 millions d’euros. Les actions recommandées pour l’aide de l’Union européenne, et présentées dans nos 2 articles complémentaires, sont donc celles remises avant la première échéance.

Europ-E : Recharge ultrarapide pour véhicules électriques

La demande effectuée dans le cadre du projet Europ-E vise à déployer un réseau paneuropéen de 340 stations de recharge ultrarapides pour véhicules électriques dans 13 pays de l’UE. Sont concernés : l’Autriche, la Belgique, le Danemark, la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni. Ces territoires seront traversés par 9 corridors. Il s’agit là d’une étape dans un programme global qui, à terme, aura équipé 23 pays de 485 stations ultrarapides.
Chantier planifié de juillet 2017 (en cours) à décembre 2021.
Enveloppe de l’Europe de 39,105 millions d’euros sur 195,527 millions éligibles recommandés, soit 20% de l’effort d’investissement, – pourcentage généralement constaté.

Central European Ultra Charging

C’est un réseau de 118 bornes de recharge ultrarapides pour véhicules électriques que cet autre projet propose d’installer à travers l’Autriche, la République tchèque, la Hongrie, l’Italie et la Slovaquie. « Il permettra le voyage à longue distance avec les véhicules électriques et la connexion des nœuds urbains. Il garantira l’interopérabilité des infrastructures de recharge rapide au sein de l’UE et comblera le fossé entre les Etats membres en matière d’adoption de technologies », plaide le coordinateur, Verbund AG. Cette action s’appuie sur les résultats de précédents projets financés également par l’Europe : Central European Green Corridor, EVA +, Ultra-E et NCE-FasrEvNet.
Chantier planifié de août 2017 (en cours) à décembre 2020.
Enveloppe de l’Europe de 12,348 millions d’euros sur 61,738 millions éligibles recommandés.

Mega-E : Metropolitan Greater Areas – Electric

Coordonné par Allego BV, le programme Mega-E compte étendre la couverture des stations de recharge ultrarapides à travers l’Union européenne. Sur les 322 sites pressentis dans 20 pays, le présent projet comprend le déploiement de 202 superchargeurs dans 30 grandes régions métropolitaines de 13 pays. Il prévoit également de dresser 39 plateformes électroniques multimodales dans 10 grandes villes qui accueilleront des taxis, bus, utilitaires de logistiques, et services de location de véhicules, où tous ces engins seront électriques.
Chantier planifié de août 2017 (en cours) à décembre 2021.
Enveloppe de l’Europe de 29,3 millions d’euros sur 146,5 millions éligibles recommandés.

Zero Emission Valley

La région Auvergne-Rhône-Alpes a proposé ce projet qui vise à donner l’impulsion nécessaire pour développer un réseau d’avitaillement en hydrogène, à destination des flottes captives du territoire en véhicules électriques dotés de pile à combustible H2. L’action s’intègre dans le programme H2 Mobilité qui vise à déployer au total 600 stations dédiées d’ici 2030. Elles seront au nombre de 20 dans la Zero Emission Valley, dont 15 alimentées par des électrolyseurs sur site. Les acteurs de ce programme vont en outre acheter et louer un millier de véhicules à pile hydrogène.
Chantier planifié de janvier 2018 à décembre 2023.
Enveloppe de l’Europe de 10,132 millions d’euros sur 50,659 millions éligibles recommandés.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Mobilité électrique et Smart Grid – Retour d’expérience SAP
Vidéo de présentation de K-Motors
Toutes les vidéos