Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 20/12/2017 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 3921 fois - 3 commentaires


Véhicules électriques : les recommandations des Assises de la mobilité


Lancées le 16 septembre, les Assises nationales de la mobilité ont été clôturées le 13 décembre. Trois mois d’une consultation inédite pour débattre sur ce que pourrait être la meilleure politique de mobilité pour notre pays et servir de socle à future loi de programmation et de financement des infrastructures de transport, qui doit être présentée au parlement lors du 1er trimestre 2018. Le champ d’action de ces Assises de la mobilité était très large avec six grands thèmes abordés, correspondants aux grands défis à relever. Parmi eux, celui de la recherche de mobilités plus propres, qui passe en grande partie par le développement de l’électromobilité. Présidé par Patrick Oliva, le groupe de travail créé sur ce sujet a recueilli près de 700 propositions d’action et de mesures susceptibles d’opérer une véritable révolution des mobilités en visant à soutenir la transition vers les véhicules propres, à mieux les utiliser grâce au covoiturage, mais aussi à encourager les mobilités actives et réduire les mobilités subies.


Les orientations stratégiques


Dans son rapport de synthèse, ce groupe de travail propose tout d’abord quelques orientations stratégiques. Selon lui, la mise en place d’une mobilité plus propre doit s’appuyer sur le développement des alternatives au déplacement en voiture individuelle et surtout à « l’autosolisme ». Pour les véhicules motorisés, si le Plan Climat fixe un cap avec la fin de la vente en 2040 des voitures émettant des gaz à effet de serre, des jalons clairs doivent être posés d’ici cette échéance. Dans les villes, la transition énergétique devra s’effectuer par étapes. A court terme, avant 2020, le déploiement de zones à faibles émissions devra s’effectuer dans les agglomérations les plus exposées à la pollution atmosphérique. D’ici à 2030, ces zones devront être transformées progressivement en zones zéro émission ou très faibles émissions, notamment là où les alternatives au véhicule particulier sont les plus nombreuses. La généralisation de ces zones à l’ensemble des agglomérations devra être effective au plus tard en 2035. A noter que le développement de l’autopartage, sous toutes ses formes, constituera l’un des leviers permettant d’accompagner la mise en place de ces zones à très faibles émissions.





Accélérer le renouvellement du parc de véhicules


Le rapport préconise une série de mesures pour accélérer le renouvellement du parc de véhicules tout en maîtrisant les incertitudes énergétiques. Pour le groupe de travail, les objectifs de forte baisse des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques locaux ne pourront être respectés sans un développement fort de l’électromobilité, qui sera un des grands chantiers prioritaires des années à venir. Pour faciliter l’acquisition de véhicules électriques, une rénovation des dispositifs d’aide à l’achat est nécessaire. L’idée serait de définir un cadre pluriannuel pour donner aux industriels et aux consommateurs une meilleure visibilité sur les aides existantes. Un prêt à taux zéro pour l’achat d’un véhicule à très faibles émissions pourrait aussi être créé, tandis que le dispositif bonus-malus devrait être revu en élargissant ses critères environnementaux. Par ailleurs, la nécessité de créer des dispositifs spécifiques d’aide à l’achat est évoquée. Des dispositifs qui concerneraient l’acquisition de vélos à assistance électriques, de véhicules utilitaires, mais aussi de bus et autocars à faibles ou très faibles émissions.





Développer le réseau de recharge


L’accélération du développement de l’électromobilité passe aussi par l’amélioration du réseau de recharge des véhicules électriques. A ce sujet, le rapport suggère d’élaborer une stratégie nationale de déploiement des bornes de recharge afin d’assurer la cohérence entre le nombre de voitures électriques en circulation avec le nombre et la répartition territoriale des infrastructures de recharge ouvertes au public. Les mécanismes de financement de ces infrastructures doivent également être renouvelés via le développement de partenariats publics-privés et la création d’un fond public spécifique dédié d’une part aux zones sous-équipées et, d’autre part, au développement de la recharge principale sur voirie urbaine en zone dense. Par ailleurs, le déploiement des infrastructures de recharge en habitat collectif doit être facilité en simplifiant le « droit à la prise », tandis que dans le domaine professionnel, le rapport préconise d’exclure à titre transitoire, la recharge des véhicules sur le lieu de travail, de l’assiette de calcul des avantages en nature.





Favoriser le mix énergétique


Le groupe de travail Mobilités plus propres préconise enfin de doter la France d’une stratégie concertée portant sur les véhicules motorisés neufs afin d’articuler le développement rapide des nouveaux véhicules et la production/distribution massives des énergies nécessaires. Le développement de l’électromobilité et des infrastructures devra notamment être articulé aux objectifs de développement des énergies renouvelables, en prenant en compte l’intérêt d’utiliser les véhicules électriques branchés au réseau comme stockage afin de faciliter l’augmentation de la part des énergies renouvelables intermittentes sur le réseau. Il sera aussi nécessaire d’encourager les systèmes bidirectionnels de recharge permettant de tirer parti de la capacité de stockage offerte par les batteries pour lisser la courbe de charge des réseaux. Par ailleurs, si le développement de l’électromobilité doit être accélérer, l’utilisation d’autres technologies seront nécessaire pour réussir pleinement la transition énergétique dans les meilleures conditions économiques. Energie d’avenir, l’hydrogène devra être soutenu en s’efforçant de développer une filière industrielle, tandis qu’une réflexion devra être entamée sur un réseau de stations multimodales ainsi que sur la mise en place d’un mécanisme de labellisation permettant de mieux identifier l’hydrogène d’origine renouvelable.






Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Assises de la mobilité | Bornes recharge | Mix énergétique
Catégories : Aides financières |

Commentaires

Posté le 20-12-2017 à 07:08:39 par Christophe

https://www.assisesdelamobilite.gouv.fr/syntheses

Vous devez parler de la synthèse de l’atelier thématique Mobilités plus propres : réduire notre empreinte environnementale - https://www.assisesdelamobilite.gouv.fr/file/1470/download?token=VbWygqki

Comme cela chacun pourra se faire une idée de la part réelle de la voiture électrique dans les propositions.

On peut y noter les informations suivantes :
- page 10 : "Les gaz d’échappement ne sont pas les seules sources d’émissions de particules du transport routier : une part importante de ces émissions provient notamment de phénomènes d’abrasion des pneus, des routes et des freins. En Île-de-France par exemple, 46 % des émissions primaires de PM10 provient de ces phénomènes d’abrasion"
- page 16 : "Tout d’abord, la mesure de cet impact environnemental doit être à la fois complète (c’est-à-dire tenant compte de l’ensemble du cycle de vie - analyse en ACV -) et sincère"
- page 27 "élargir les critères environnementaux du bonus/malus en prenant en compte les émissions de GES en fonctionnement, et autant que possible sur l’ensemble du cycle de vie du véhicule, et le niveau d’émission de polluants atmosphériques locaux en fonctionnement pour les voitures" (et en tenant compte des éléments repris ci-avant)
- page 29 " Prendre en compte dans la définition des taxes sur les véhicules les émissions de GES en analyse de cycle de vie, et de polluants locaux" (et en tenant compte des éléments repris ci-avant)
- page 32 "fixe les objectifs d’émissions réelles de GES et de polluants atmosphériques des véhicules en circulation et, pour ce qui concerne les GES, sur l’ensemble du cycle de vie des véhicules, à porter aux niveaux européens et mondial à différents horizons (2025,
2030, 2040 et 2050), et en cohérence avec l’accord de Paris et l’objectif 2040 du Plan climat"

Posté le 21-12-2017 à 12:22:28 par vachinu

ce rapport est excellent pour souligner et favoriser le developpement de la voiture 100 % électrique qui est en cours

mais en meme temps ce rapport présente une très grande faiblesse car evidemment toutes les voitures et camions ne seront pas électriques pour de multiples raisons que je n’ai pas le temps d’évoquer ici
Cette faiblesse est sur les biocarburants qui sont pourtant déjà une réalité opérationnelle qui se developpera d’autant plus qu’on est à l’orée de l’arrivée de biocarburants performants qui se substitueront à 100 % à l’essence
Ils auront toute leur place pour les véhicules thermiques qu’on ne peut donc pas évacuer comme cela sans réfléchir au rôle qu’ils joueront pour accélérer la décarbonisation de la mobilité sans attendre son électrification complète peu probable

ces biocarburants performants devront bien entendus être comparés aux autres solutions alternatives au pétrole comme le gaz, le biogaz, l’hydrogène. Ce rapport ne le fait pas. C’est dommage !
Du coup, ce rapport loupe complètement un axe stratégique et prospectif qui en plus peut être en synergie avec l’économie française et le développement de ses territoires qui sont en déshérence.

Posté le 21-12-2017 à 14:58:03 par Christophe

@vachinu
Effectivement ce rapport est excellent mais j’ai avant tout l’impression qu’il tend vers une sortie du tout voiture (notamment pour les 5 axes proposés : Axe 1 Jalonner la transition, Axe 2 Développer la marche et l’usage du vélo, Axe 3 Développer les services de mobilité partagés en complément de l’offre de transport existante et faciliter, dans certains cas, la démotorisation et Axe 5 Faciliter la transformation de la mobilité).
Finalement il n’y a que l’axe 4, Accélérer le renouvellement du parc de véhicules existants et donner un cap aux nouveaux véhicules tout en maîtrisant certaines incertitudes énergétiques encore existantes, qui parle de la voiture en donnant une certaine place à la motorisation électrique.

Donc finalement quand je fais la synthèse on invite les gens à n’utiliser un VP que quand les autres solutions sont moins efficientes.
Et dans ce cadre, je vous rejoins, un biocarburant (y c carburant de synthèse) est finalement peut-être plus adapté dans les véhicules existants pour réduire les émissions de GES que de remplacer les VT par des VE. Et en ce qui concerne la pollution si seules circulaient les voitures sur des trajets où il n’y a pas de moyen plus efficient, la pollution serait moins prégnante.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 20/09/2018 au 22/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Du 20 au 22 septembre 2017 auront lieu la seconde édition des Journées AVEM de l'électro-mobilité. Lors des deux premières journées, les 20 et 21 septembre, des...
A lire également / sur le même thème Val d’Isère : le salon du véhicule électrique en pleine ascension
La 4ème édition du Salon du Véhicule Electrique et Hybride de Val d’Isère s’est déroulée du 12 au 15 juillet. Portée par la vague du développement de la mobilité...
Une étude de l’ADEME sur l’électrification des véhicules
L’ADEME vient de rendre publique une étude, réalisée pour son compte par IFP Energies nouvelles, sur l’électrification des véhicules. Cette « Etude Economique,...
La mobilité durable en salon à Val d’Isère
Du 12 au 15 juillet, les principaux acteurs français de la mobilité électrique ont rendez-vous à Val d’Isère pour la 4ème édition du Salon du Véhicule Electrique et...
Innovative City : la mobilité électrique au cœur de la ville intelligente du futur
Salon rassemblant chaque année les acteurs qui contribuent à façonner la ville du futur, Innovative City s’est déroulé les 27 et 28 juin à Nice avec pour thème central:...
Pikes PEAK : pari gagné pour Volkswagen
Pari gagné pour Volkswagen qui, plus de 30 ans après une première tentative, repartait ce dimanche à l’assaut de la Course vers les nuages, la plus célèbre course de...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact