Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 20/10/2015 à 14:00 par Philippe Schwoerer - Lu 8252 fois - 5 commentaires


Ségolène Royal veut une voiture électrique à moins de 8.000 euros


Pour éradiquer la voiture diesel, pourquoi ne pas l’opposer à des modèles électriques peu chers ? C’est une des voies défendues de longue date par Ségolène Royal, et confirmée au micro de Bruce Toussaint, dans sa matinale du 9 octobre dernier sur iTélé. La ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie souhaite même lancer un appel à projet pour « une voiture électrique populaire, grand public, dont le prix pourrait s’échelonner entre 5.000 et 8.000 euros » à horizon 2020. Une idée utopique ou réaliste ?

Est-ce possible à moins de 8.000 euros ?

Une voiture électrique populaire à moins de 8.000 euros, est-ce possible ? Oui ! La réponse est aussi directe que la question est formulée. Pourquoi autant d’assurance de notre part ? Tout simplement parce que souhaiter « une voiture électrique populaire, grand public, dont le prix pourrait s’échelonner entre 5.000 et 8.000 euros » sans un cahier des charges plus précis, c’est laisser la porte ouverte à nombre d’astuces pour y parvenir. La première est déjà exploitée par Renault avec la location des batteries. Avec cet artifice, la Zoé semble devancer ses concurrentes par son prix de vente d’environ 15.000 euros, bonus écologique déduit. C’est encore entre 2 et 3 fois trop élevé, pour satisfaire au scénario imaginé par Ségolène Royal.

Pour quelle autonomie ?

Pour parvenir à proposer au public une voiture électrique dont le prix s’échelonnerait entre 5.000 et 8.000 euros, il y a toute une palette de curseurs qu’il est possible d’activer. Rien n’est dit, par exemple, sur l’autonomie minimale de l’engin. Puisque les agglomérations sont les principales zones ciblées, une batterie de 8 kWh de capacité pourrait être suffisante, qui permettrait de parcourir environ 60-80 kilomètres, soit une distance suffisante pour la plupart des déplacements quotidiens des citadins français. Il apparaît important que la ministre exprime un minimum d’exigences sur ce point épineux qui fait encore peur à nombre d’automobilistes, tant que le déploiement des bornes de recharge n’est pas en mesure d’assurer une mobilité électrique sans déserts à moyenne distance.

Quelle technologie d’accumulateurs ?

Sauf à imposer une certaine technologie d’accumulateurs pour des raisons écologiques et/ou stratégiques, c’est le rapport prix / exigences de l’Etat qui fera que la voiture électrique populaire à moins de 8.000 euros recevra un certain type de batteries et/ou supercondensateurs. Et là, ce sont les constructeurs eux-mêmes qui choisiront. En espérant qu’ils oublient le plomb, bien moins cher que le lithium, mais si peu adapté à l’image que l’on se fait aujourd’hui d’un engin branché.

Quel type de véhicules ?

Quand on parle de « voiture électrique populaire », rien n’impose qu’elle prenne la forme d’une citadine reconnue par la préfecture comme véhicule particulier. Les constructeurs peuvent très bien faire le choix d’un quadricycle lourd dont la conception et l’équipement embarqué sera moins développés, jouant positivement sur le prix de vente. Nombre de systèmes proposés actuellement en série peuvent venir grossir une importante liste des options. Au final, en partant d’un modèle de base affiché entre 5.000 et 8.000 euros, celui qui correspondra au niveau de confort et de sécurité voulu individuellement pourrait vite dépasser la tranche fixée par Ségolène Royal. « Ce que j’espère, dans 5 ans, c’est qu’une voiture sur deux soit électrique », a-t-elle indiqué au micro de Bruce Toussaint. Pour y parvenir, avec une échéance somme toute assez rapprochée, il faut que les modèles produits soient suffisamment intéressants et séduisants. Le prix à lui seul ne pourra faire venir en masse les automobilistes vers l’électromobilité. Il faut un minimum de confort, d’espace intérieur, de qualités routières pour s’évader des villes. En gros, un engin aussi dépouillé que le Renault Twizy, même redimensionné pour accueillir 4 passagers, ne serait sans doute pas acceptable par la majorité des Français. Peut-on réinventer aujourd’hui le concept de la Citroën 2 CV alors que le parc roulant dans les agglomérations est de plus en plus composé de véhicules imposants ? Peut-être bien, grâce aux nouvelles générations qui voient désormais la voiture comme un simple objet ne devant surtout pas bloquer leur révolution numérique.

Quota minimal d’autopartage et covoiturage

Quelques constructeurs ont déjà essayé de convaincre leurs nouveaux clients électromobiliens de jouer les cartes de l’autopartage et du covoiturage pour diminuer le coût de revient de leur voiture branchée. Avec d’autres, ils pourraient cette fois-ci ajouter à leur grille des tarifs une formule low cost qui imposerait un quota minimum de mise à disposition via une plateforme spécifique à chaque marque, ou commune à plusieurs. Le système aurait d’ailleurs de quoi séduire la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie parce qu’il serait de nature à réduire les engins en circulation et en stationnement dans les rues des villes.

Aides de l’Etat

Aujourd’hui, bonus et superbonus cumulés permettent de descendre de 10.000 euros, au plus, le prix de vente d’une voiture électrique. Quand Ségolène Royal appelle les constructeurs à concevoir un tel engin qui serait vendu entre 5.000 et 8.000 euros, tient-elle compte de ces primes ? Pense-t-elle qu’elles pourraient encore être complétées, en accentuant éventuellement le malus sur les modèles thermiques ?

Un cahier des charges à définir

Pour éclaircir le projet de Ségolène Royal, la première étape, incontournable, semble être de définir ce qu’elle entend par « voiture électrique populaire ». Un préalable à l’établissement d’un cahier des charges précis à partir duquel les constructeurs, « français, voire européens », pourront travailler. « Il faut saisir ce problème comme une chance qui va pousser les industriels à construire le véhicule du futur », affirme la ministre qui estime qu’ils « traînent trop fortement » sur le sujet. Son appel à projet s’intègre aux plans d’investissements d’avenir. Voilà qui devrait aider les groupes concernés à adopter une nouvelle approche pour concevoir et développer l’engin espéré.


Mots clés : Véhicule électrique | voiture électrique | Ségolène Royal | Aides | Etat | pas chère | constructeur
Catégories : Voiture électrique | Aides financières |

Commentaires

Posté le 20-10-2015 à 14:09:35 par astrocg

çà va être dur de fabriquer un véhicule qui existe déjà ... ou presque
je parle d’un twizy à 3 ou 4 places sur la base d’un twizy actuel élargi
un véhicule que j’ai essayé à 2 dans Paris l’année dernière et qui m’a fait bonne impression
alors à 3 ou 4, çà ne change quand même pas tout!

Posté le 20-10-2015 à 14:16:16 par Stéphane P

Cela ressemble étrangement à l’appel à projets de 2008 de la région Poitou-Charentes qui est à l’origine de la Friendly d’Heuliez qui a donné ensuite la Mia et de la Simply City d’Eco Mobilité, sociétés malheureusement liquidées depuis.
http://www.breezcar.com/actualites/article/voiture_electrique_region_poitou_charentes_2013
http://automobile.challenges.fr/essais/20101207.LQA3523/heuliez-mia-100-electrique-la-voie-royal.html
Reste à voir si d’autres entrepreneurs sont prêts à relever le défi et si les utilisateurs sont prêts à utiliser ce type de véhicule. Le succès de la Bluecar me laisse penser que les mentalités évoluent - ce que l’article précise bien d’ailleurs.
D’autant plus que l’opération http://www.sansmavoiture.fr/ a rencontré un certain succès et que d’autres villes sont prêtes à lancer ce défi.

Posté le 20-10-2015 à 22:35:15 par Xavier

Voici quelques solutions dont nous attendons la commercialisation à prix raisonnables :
La Tabby d’OSV =
https://www.osvehicle.com/osv-platform/
https://www.osvehicle.com/wp-content/uploads/2015/03/OSVehicle_TABBY_EVO_3-4-1030x687.jpg
Où encore une voiture électrique ou hybride à 2, voir 3 ou 4 places comme ElioMotor Américaine (actuellement projet à moteur thermique) :
http://www.eliomotors.com/
https://www.eliomotors.com/wp-content/uploads/2014/02/Screen-shot-2014-02-25-at-3.50.48-PM-676x406.png
et quand est-ce que le Twike tricycle hybride "électro-musculaire" sera bénéficiera d’une prime de l’état pour l’achat de ce tricycle ?
http://www.twikeklub.ch/images/1_TWIKE_rot_frei_1600.jpg
http://o.aolcdn.com/dims-shared/dims3/GLOB/legacy_thumbnail/800x450/format/jpg/quality/85/http://www.blogcdn.com/green.autoblog.com/media/2010/07/twike-axp-02-630.jpg

Posté le 21-10-2015 à 14:31:18 par Thierry

Attention respecter la qualité du VE et payer le juste prix !
ZOE à 22 K€ sans batterie !! pas justifié !

Louer l’unité de stockage rend le VE abordable. La rendre interchangeable lui procure plusieurs « vies » et rend le VE évolutif.

Salutations
T ziegler

Posté le 22-10-2015 à 18:15:29 par pauge

La mia 8kW avec ses batteries en location n’etait pas tres tres loin de ce tarif ! Pourquoi n’avoir pas soutenu l’entreprise financierement pour l’aider a vendre plus de vehicules et ainsi a baisser ses couts de production. Quand a la bluecar c’est un bon véhicule pour l’autopartage mais mal adapté pour un particulier qui doit la laisser branchee en permanence pour maintenir les batteries chaudes, avec un cout supplémentaire en électricité qui vont alourdir le prix de revient kilometrique !



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du /09/2021 au 09/2021 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa quatrième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer en septembre 2021. Cet événement permettra aux acteurs...
A lire également / sur le même thème Enquête AVERE - IPSOS auprès d’utilisateurs de véhicules électriques
L’Avere France et l’équipe IPSOS ont lancé fin de semaine dernière une grande enquête à destination des utilisateurs de véhicules 100 % électriques et hybrides...
Évolution de la prime à la conversion des véhicules à partir du 03 août 2020
Le Ministère de la transition écologique a communiqué ce samedi 25 juillet 2020 sur un nouveau dispositif d’aides à la conversion suite au succès rencontré par le...
Echanges de bons procédés pour la voiture électrique entre Securecharge et Blooweels
2 entreprises adhérentes à l’AVEM, Blooweels et Securecharge, sont devenues des partenaires naturels par la complémentarité de leurs activités au service de la voiture...
Securecharge et Greenmove collaborent
La boutique en ligne qui commercialise des câbles de recharge ainsi que des chargeurs portables (ou Cordon de Recharge Occasionnel) pour voitures électriques et hybrides...
Utilisateurs de VE en Région Sud-PACA : votre avis nous intéresse
Dans le cadre de la réalisation d’une étude soutenue par la Région Sud-Provence-Alpes-Côte-d’Azur et l’ADEME, l’Association AVEM souhaite recueillir votre retour en tant...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact