Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 23/04/2019 à 06:00 par Philippe Schwoerer - Lu 2636 fois - 6 commentaires


Hynamics, la filiale d’EDF pour de l’hydrogène bas carbone


Le rapport intitulé « Développons l’hydrogène pour l’économie française », réalisé par McKinsey en 2018 pour l’Afhypac (Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible), assure que « la consommation d’hydrogène représentera en 2050 18% de la demande en énergie finale dans le monde ». De quoi donner raison à EDF qui compte produire ce gaz avec l’électrolyse de l’eau, en employant de l’énergie renouvelable. C’est en tout cas ce que l’énergéticien à indiqué dans le cadre de la foire d’Hanovre avec l’annonce de la création de sa nouvelle filiale Hynamics. Avec elle, « l’ambition d’EDF est de devenir un acteur incontournable de la filière hydrogène en France et à l’international et de renforcer sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique et pour un monde bas carbone », indique le communiqué de presse émis en date du 2 avril 2019.

Pour les industriels et la mobilité

Pour sa production d’hydrogène, Hynamics compte sur 2 débouchés. Tout d’abord les industriels, « pour lesquels l’hydrogène est une matière nécessaire (raffinerie, verrerie, agro-alimentaire, chimie...) ». Ici, la filiale d’EDF « installe, exploite et assure la maintenance de centrales de production d’hydrogène, en investissant dans les infrastructures nécessaires ». Seconde filière concernée par l’activité de la nouvelle entité : le transport des personnes et des marchandises. « Pour les acteurs de la mobilité publique et professionnelle, Hynamics contribue à mailler les territoires de stations-service pour recharger en hydrogène les flottes de véhicules électriques lourds tels que les trains, bus, bennes à ordures ménagères, les véhicules utilitaires ou encore les moyens de transport fluviaux », détaille Hynamics, qui précise que « cette offre constitue un atout supplémentaire dans le Plan de mobilité électrique annoncé par le groupe en octobre 2018 ».




Logique partenariale

Ce choix de privilégier ces 2 filières est motivé chez Hynamics par une volonté d’être particulièrement efficace sur la réduction des émissions carbonée. C’est ce que confirme Christelle Rouillé, directrice générale de la nouvelle filiale d’EDF : « Accompagner les industriels et les territoires en soutenant leurs projets de décarbonation est un défi que Hynamics entend relever avec une offre de production d’hydrogène sans émission de CO2, multi-usages et performante économiquement. Nous nous concentrerons en particulier sur les marchés de l’industrie et de la mobilité lourde, deux pans de l’économie très émetteurs de CO2, dans une logique partenariale ». En résumé : un poids lourd pour une lourde mission !

40 projets ciblés

Dans son communiqué, Hynamics précise être issue d’un projet intrapreneurial. Ce néologisme qualifie le processus par lequel des collaborateurs d’une grande entreprise créent une nouvelle organisation. Ce fut précisément le scénario adopté par une dizaine de salariés d’EDF qui ont également exploité les possibilités offertes par Pulse Croissance, la pépinière de startups du groupe. En outre, la création de Hynamics fait sens après la prise de participation d’EDF dans l’entreprise française McPhy, début juin 2018. Un investissement d’environ 16 millions d’euros dans une société connue pour développer des solutions de stockage d’énergie à base d’hydrogène. « A fin mars 2019, les équipes d’Hynamics ont identifié et travaillent sur une quarantaine de projets cibles, situés en France et dans d’autres pays européens comme la Belgique, l’Allemagne et le Royaume-Uni », chiffre le service de communication de la filiale.




Marché mondial

Quand on dit que la mobilité électrique et le développement durable sont de nature à créer des emplois ! L’exemple de la fondation d’Hynamics le prouve une nouvelle fois. Et c’est aussi un des points à retenir de l’intervention de Cédric Lewandowski, directeur exécutif en charge de la direction de l’innovation, responsabilité d’entreprise et stratégie, au sein du groupe EDF : « La production d’hydrogène sans émission de CO2 est un facteur clé de la transition écologique. En se dotant d’un nouveau métier, le groupe valorise les compétences, l’expertise et la capacité d’innovation de ses salariés au service de nos clients. Avec l’ensemble des acteurs, EDF souhaite contribuer à la filière hydrogène française et européenne dans un marché mondial qui constitue une formidable opportunité en termes de croissance et d’emplois ».



Pour plus d'information

EDF - Direction de la Mobilité Electrique

Immeuble Colisée
10, place de l'Arche
92419 COURBEVOIE

Site : http://mobilite-electrique.edf.com

EDF - Direction de la Mobilité Electrique est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de EDF - Direction de la Mobilité Electrique


Mots clés : Hynamics | EDF | hydrogène | mobilité
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 23-04-2019 à 12:01:44 par Luck

Autant l’hydrogène est un vecteur d’énergie à fort potentiel pour le stockage stationnaire ( énergie intermittente du renouvelable) avec notamment la production de gaz de synthèse autant il est peu adapté à l’alimentation de véhicules électriques ( stockages-déstockage).

Posté le 23-04-2019 à 11:51:11 par electronlibre

Energie décarbonée = nucléaire
Voici 30 ans, madame Thatcher disait déjà: "il faut diaboliser le dioxyde de carbone pour développer l’énergie nucléaire..."
Les éminences grises du GIEC font aussi partis du CEA; ils ont bien réussi leur coup...
Ils persistent dans la fission malgré les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima, le danger du plutonium, les coûts astronomiques de l’EPR de Flamanville -perclus de défauts majeurs- et de ITER qui ne fonctionnera jamais plus de quelques secondes...
Nous ne sommes pas prêt de voir disparaître les centrales nucléaires avec leurs disfonctionnements et dont les tours de refroidissement rejettent des milliers de m3 de vapeur d’eau, principal GES dans l’atmosphère...

Posté le 29-04-2019 à 12:40:50 par Phenix83

@Luck d’accord avec vous sur le plan énergétique pur .En effet si une voiture à moteur électrique consomme de l’ordre de 15 kWh au 100 km en 2019,cette mème voiture consommera de l’ordre de 1 kg d’hydrogène à 700 bars si elle utilise une pile à combustible H2 pour alimenter ce mème moteur électrique.Or nous l’avons déjà dit dans ce forum ,pour produire 1 kg d’hydrogène par hydrolyse ( procédé révolutionnaire présenté par EDF en 2019 mais datant de plus d’un siècle)il faut dépenser 60 kWh.Evidemment cette hydrolyse ne produit pas de CO2 mais c’est un vrai gachis énergétique!
Ce simple raisonnement exclu tout lien avec l’énergie primaire qui serait dépensée pour la construction/fabrication de la source d’énergie électrique (barrages,turbines,panneaux solaires, électronucléaire ...) ,c’est un autre débat.L’hydrogène est pour l’instant une possibilité de stockage d’énergie au mème titre que l’eau d’un barrage .

Posté le 30-04-2019 à 15:26:32 par Delfieu

Aucune annonce, aucun roadmap, aucun chiffres ne sont donnés.

Tout le monde sait que la production d’H2 est massivement carbonée et que son stockage et son transport réduisent à néant toute viabilité économique. Sans parler de sa dangerosité !

Evoquer une production dé-carbonée, ça fait bien, cela fait rêver le quidam, ... Tout cela relève encore des techniques de communication enseignées dans les écoles de commerces .... Aujourd’hui il est clair que l’effet d’annonce et le bruit sont plus important que le fond.


L’idée en fait, est de détourner l’attention du public d’un EPR catastrophiquement dispendieux vers l’horizon chimérique H2.

Posté le 01-05-2019 à 22:12:46 par Marlot

Pour les pétroliers, un automobiliste qui passe du thermique à l’électrique est un client perdu.
Pour ne pas le perdre, puisqu’il veut de l’électrique, fourgons lui une voiture à hydrogène, puisque 95 % de la production mondiale d’hydrogène est obtenue à partir de gaz de pétrole.
Et les voitures qui roulent maintenant à l’hydrogène sont alimentées en hydrogène obtenu à partir de pétrole, car il est deux fois moins cher que l’hydrogène obtenu par électrolyse.
Et la fabrication d’hydrogène à partir de gaz de pétrole (essentiellement du méthane) produit beaucoup de CO2 :
CH4 + 2 H2O = 4 H2 + CO2

Posté le 02-05-2019 à 14:05:23 par Christophe

@Marlot
EDF dont il est question dans l’article vend du pétrole ?

Savez-vous que le pétrole a supplanté l’électrique en tant que "carburant" des voitures quand les ampoules électriques ont remplacé les lampes à pétrole ?

Quelle consommation en moins de pétrole en pourcentage faut-il prévoir si tous les VT passent au VE ?
Que devront faire les pétroliers des carburants devenus des déchets ?
Le bilan carbone des autres produits (dont pharmaceutiques) ne va-t-il pas augmenter ?



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Vendée Energie Tour
Vendée Energie Tour
Du 03/06/2019 au 08/06/2019 - Plusieurs sites en Vendée

Pour la 6ème édition du Vendée Energie Tour, le SyDEV, syndicat d'électricité de Vendée et ses partenaires proposent un programme très dense, avec des animations durant...
A lire également / sur le même thème EVS 32 : l’écosystème du véhicule électrique se met en place
EVS32, le grand rendez-vous mondial du véhicule électrique, a fermé ses portes hier à Lyon. En parcourant les stands de la zone d’exposition durant 4 jours, les 5 000...
Smart Charging : EDF annonce le lancement de Dreev
Plus précisément, il s’agit d’une coentreprise créée entre EDF Pulse Croissance et la startup californienne Nuvve. Elle permettra à l’énergéticien français d’asseoir son...
Hydrogène : 11 projets sélectionnés par l’ADEME
Dans le cadre du Plan national de déploiement de l’hydrogène lancé en juin 2018 par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, l’ADEME a ouvert un appel à...
EVER Monaco : quand les économistes se penchent sur la mobilité électrique
Outre son salon qui permet aux visiteurs de découvrir et de tester dans les rues de la Principauté de nombreux véhicules électriques, comme la DS 3 Crossback E-Tense,...
Les bus électrifiés progressent selon une étude de l’Ademe
Alors que la RATP et d’autres opérateurs ont annoncé récemment des commandes ou projets de migrations des flottes de bus vers des modèles électriques, l’Ademe diffuse...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact