Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 23/12/2014 à 16:11 par Philippe Schwoerer - Lu 7803 fois - 8 commentaires


Illustration extraite du schéma de cohérence pour les bornes de recharge en Bourgogne


Côte-d’Or, Nièvre, Saône-et-Loire, et Yonne

Fruit de plus de 6 mois d’un travail partagé entre les syndicats d’énergie des quatre départements de Bourgogne, l’Ademe, l’association Bourgogne mobilité électrique, ERDF, EDF, l’Etat et des représentants du syndicat automobile, le Schéma de cohérence régional de déploiement de bornes de charge électrique vient d’être publié. Pour la Région, qui compte accompagner le développement de la mobilité électrique sur son territoire, il s’agit de préparer un maillage en infrastructures dédiées aux véhicules branchés qui soit à la fois efficace, interopérable, et en mesure de limiter leur déficit d’exploitation dans un marché encore émergent.

Guide pour les élus

Le document se présente comme un guide de 34 pages à destination des élus qui ont la charge d’implanter de tels équipements dans leurs communes, communautés de communes ou agglomérations. En s’appuyant sur les besoins en déplacements de la population concernée, il formule des préconisations pour l’installation sur des sites à privilégier. Caractéristiques techniques des prises et de la recharge, interopérabilité, conditions d’accès, supervision : tout est passé en revue afin d’accompagner au mieux le développement de la mobilité électrique sur 10 ans. Les auteurs estiment que le potentiel de véhicules à batterie en circulation en Bourgogne pourrait s’élever à 26.416 voitures particulières et utilitaires légers. Pour autant, on ne compterait en 2015 qu’à peine 400 engins de ce type réellement sur les routes de Côte-d’Or, Saône-et-Loire, la Nièvre, et l’Yonne.

Des besoins bien identifiés

La définition des usagers potentiels du maillage est particulièrement pertinente dans le document. Elle les envisage comme étant des particuliers ou des professionnels, de la région ou non, résidant ou exerçant dans les milieux urbains, périurbains ou ruraux. Le cas des touristes est aussi pris en compte, qui impose des aménagements spécifiques pour recharger les batteries des bateaux et des vélos à assistance électrique. Les besoins sont identifiés selon 3 scénarios de recharge : au plus vite pour évoluer sur le territoire sans perdre de temps, partielle afin de restaurer quelque peu l’autonomie le temps d’une activité (courses, loisirs, visite, etc.), sans exigence de célérité lors des longues périodes de stationnement.

Déploiement en 3 phases

Pour y répondre, le Schéma préconise tout d’abord le déploiement d’installations rapides (43-50 kW) en priorité au voisinage des principaux axes routiers. Cette couverture serait complétée par des points de charge normaux et accélérés (3-22 kW) sur les pôles économiques, dans les zones où le stationnement est contraint, et sur les sites touristiques. Enfin, elle compterait des prises pour la recharge de nuit dans les espaces urbains denses et à proximité des lieux de tourisme. Le programme serait mené en 3 tranches. La première débuterait dès 2015 par la mise en place d’un maillage pilote de 69 points envisagés dans les zones identifiées comme ayant le plus fort potentiel. L’offre s’intensifierait en 2020 et en 2025, passant à 347 puis 1.042 points de charge, afin d’accompagner le développement des véhicules électriques. Le maillage s’appuiera aussi sur les nœuds d’intermodalité, comme les gares routières ou les parkings relais.

Paiement facilité

En plus de l’attractivité du service, les acteurs bourguignons souhaitent privilégier la facilité d’accès aux bornes, dans une même mesure pour tous les usagers réguliers ou occasionnels, résidant ou de passage sur le territoire, quel que soit le modèle de leur véhicule électrique. Pour cela, le règlement du plein en énergie doit pouvoir s’effectuer sans difficulté. Ce qui implique que les installations reconnaissent les cartes Mobigo, KiWhi Pass, et bancaires sans contact, mais aussi la technologie NFC des téléphones portables. Pour autant, le Schéma préconise que tous les types de paiement soient acceptés, y compris les chèques et prélèvements, en particulier lorsqu’il s’agit d’un abonnement mensuel au service ou de payer en fin de mois.

Abonnements

La grille tarifaire préconisée par le Schéma est particulièrement simple à comprendre lorsqu’il s’agit d’évoquer les formules d’abonnement : 32 euros les 10 charges à 3-22 kW, et 64 euros pour autant de connexions à des bornes rapides (43-50 kW). Les gros rouleurs auront sans doute intérêt à viser les offres en illimité, respectivement à 96 et 192 euros.

1 part fixe + 2 parts variables

Le prix de la recharge à l’unité est plus complexe. Il se décompose en 3 parts, dont la première, fixe, s’élèverait à 1 euro. Chaque heure de recharge serait ensuite facturée en fonction de la puissance exploitée, 3, 22 ou 43-50 kW. Cette opération coûterait respectivement 0,30, 2,40 ou 12,90 euros à un utilisateur occasionnel. Moins à un abonné, qui règlerait en fin de mois pour 60 minutes : 0,24, 1,98 ou 11,10 euros. S’ajouterait encore le temps d’immobilisation après la recharge, uniquement pour les bornes rapides (4,98 euros de l’heure) et accélérées (1,20 euro). C’est-à-dire jusqu’au moment où l’électromobilien débrancherait le câble. Le document n’indique pas si les prix doivent s’entendre TTC ou HT, ni si l’heure entamée est entièrement due.

Cher pour certains…

A partir de la grille proposée dans le document, prenons le cas de la recharge en accéléré d’une Renault Zoé par un utilisateur occasionnel. L’opération pourrait lui coûter 1 euro (part fixe) + 2,40 euros (part variable pour une heure de recharge) + éventuellement 1,20 euro (le temps de finir ses courses). Soit 3,40 ou 4,60 euros pour retrouver une autonomie d’environ 150 kilomètres. Pour une Tesla Model S 85, et toujours pour un automobilistes de passage, le plein des batteries coûterait 1 + (2 x 12,90) = 26,80 euros pour 450 kilomètres à parcourir, à condition de débrancher la voiture aussitôt les 100% atteints. Le coût du service pourra être perçu comme dissuasif pour nombre d’électromobiliens.

…mais intéressant pour d’autres

Pour d’autres, en revanche, le maillage bourguignon apparaîtra comme une aubaine. Ainsi en dépannage ou pour rejoindre le lieu des vacances. Mais aussi pour les locaux qui rechargeront de nuit à 3 kW. Avec une Citroën C-Zéro, l’opération coûtera 2,68 euros à partir d’une batterie vide : c’est moins cher que d’envisager la location d’un garage équipé d’une prise et de payer la facture d’électricité. Enfin, imaginons le cas d’un taxi en Tesla qui aurait besoin de recharger sa voiture tous les jours. A moins de profiter d’un superchargeur installé par le constructeur, son abonnement à 192 euros le mois ne pèserait que 7 euros environ à chaque fois, l’affranchissant de s’équiper lui-même d’une borne.


Mots clés : Bourgogne | borne de recharge | schéma de cohérence | voiture électrique
Catégories : Voiture électrique | Borne de recharge | Vélo électrique |

Commentaires

Posté le 23-12-2014 à 16:44:16 par ZOE Drivers

Les chiffres ne sont pas en cohérence avec ceux de l’AVERE: 6000 VE a l’horizon 2025
Et 1000 bornes installées correspondraient à 1 borne pour 6 véhicules ?

Posté le 23-12-2014 à 17:15:41 par Philippe Schwoerer

Extrait de la page 14/34 du document : "Ainsi, nous obtenons un potentiel VE par canton qui nous permet d’évaluer le potentiel de véhicules électriques circulant en Bourgogne à 26 416 voitures particulières et VUL, sachant que la proportion de VUL (camionnette) dans le parc automobile est estimée à 6,75%. A titre indicatif, ce potentiel VE correspond à environ
4% du parc automobile bourguignon (données 2010)"

Le document est téléchargeable depuis cette adresse :
http://www.region-bourgogne.fr/Favoriser-les-deplacements-en-vehicule-electrique,43,9315

Posté le 23-12-2014 à 21:16:27 par guy71

j’attends toujours la réponse à ma question "comment avoir l’autorisation de se brancher sur les communs (avec un sous compteur)dans une copropriété?
question posée il y a 6 mois.
cordialement.
guy nicolas

Posté le 24-12-2014 à 07:23:18 par Philippe Schwoerer

@guy71
Vous devez contacter le gestionnaire de votre copropriété, souvent un syndic.

Posté le 24-12-2014 à 08:14:20 par Expert Infra

GUY71,
Si vous recherchez une solution de recharge sur des implantations en communauté, avec une alimentation sur les parties communes, vous pouvez me contacter pour tout renseignement en tant qu’expert indépendant, spécialiste des IRVE (Infrastructures de Recharge des Véhicules Électriques).
Salutations
Jean-Luc COUPEZ
Tel 06 08 06 23 57
jean-luc.coupez@orange.fr

Posté le 24-12-2014 à 09:37:45 par Daniel De Smet

Dans le calcul de paiement , il n’est pas inclus le prix pour les Hybrides rechargeables. Au prix indiqué, il est plus avantageux de rouler à l’essence!!

Posté le 25-12-2014 à 12:38:48 par soub56

Les tarifs indiqués sont tout à fait prohibitifs. La recharge lente la nuit pendant les heures creuses à mon domicile ne me coûte qu’environ 15 centimes de l’heure, soit 1,20 euros pour 100 km. Si je dois payer 5 euros pour une recharge rapide me permettant de faire 50 km, je m’abstiens et je prends ma voiture thermique pour faire ce trajet ( coût équivalent, mais pas de temps perdu pendant la recharge).
Pour l’instant, les recharges rapides sont gratuites dans mon département, mais je ne les utilise que rarement, en dépannage si j’ai du faire plus de km que prévu. Trop d’impôt tue l’impôt : de même pour les recharges payantes : si elles sont trop chères, il y en aura beaucoup moins, donc moins de rentrées d’argent et l’installation de telles bornes ne sera pas rentable. Autant les laisser gratuites ou à un prix faible, pour encourager le développement des VE.

Posté le 05-01-2015 à 23:51:14 par milou

Tarifs prohibitifs, dans ma région les charge 43 kWh sont facturés 5€ pour 1 heure



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du /09/2021 au 09/2021 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa quatrième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer en septembre 2021. Cet événement permettra aux acteurs...
A lire également / sur le même thème Enquête AVERE - IPSOS auprès d’utilisateurs de véhicules électriques
L’Avere France et l’équipe IPSOS ont lancé fin de semaine dernière une grande enquête à destination des utilisateurs de véhicules 100 % électriques et hybrides...
Évolution de la prime à la conversion des véhicules à partir du 03 août 2020
Le Ministère de la transition écologique a communiqué ce samedi 25 juillet 2020 sur un nouveau dispositif d’aides à la conversion suite au succès rencontré par le...
CDC Habitat s’engage en faveur de la transition énergétique en s’associant à Borne Recharge Service
CDC Habitat et Borne Recharge Service ont signé un contrat de concession d’une durée de 20 ans pour l’installation et la gestion d’infrastructures de recharge pour...
Ffauve, la Fédération des Associations d’Utilisateurs de Véhicules Electriques se présente
FFAUVE, issue d’un rassemblement entre associations locales d’utilisateurs de véhicules électriques, est la Fédération Française des Associations d’Utilisateurs de...
Fermeture du réseau Corri-Door : les éclaircissements d’Izivia et d’EVBox
Par principe de précaution, Izivia, l’exploitant du réseau de charge rapide Corri-Door, a décidé le 7 février d’arrêter, puis de retirer définitivement 189 bornes sur...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact