Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 10/12/2018 à 12:00 par Philippe Schwoerer - Lu 3939 fois - 11 commentaires


Bornes de recharge, lubrifiants... : Total et le véhicule électrique


Offre en électricité d’origine renouvelable spécifique aux propriétaires de voitures branchées, développement d’un réseau de bornes rapides et acquisition de G2 Mobility, carte Total GR (Grand routier) ouvrant l’accès à plusieurs dizaines de milliers de bornes, gamme de fluides pour véhicules électriques et hybrides (rechargeables ou non) : le pétrolier Total a compris depuis longtemps que son avenir passe aussi par la mobilité électrifiée.

1.000 bornes 150 kW en Europe

Cette puissance de 150 kW s’annonce comme le futur standard pour la recharge rapide, capable de faire retrouver 300 kilomètres d’autonomie en une vingtaine de minutes, - c’est-à-dire le temps de boire un café -, à des voitures électriques comme le Kia e-Niro et le futur modèle de Soul EV, le Hyundai Kona, la Nissan Leaf 60 kW, etc. Le millier de bornes seraient progressivement installées dans 300 stations-service Total à travers l’Europe, espacées d’environ 150 kilomètres le long des grands axes. A noter que déjà 50 points de livraison en carburant sont équipés d’une borne rapide 50 kW.

Plusieurs dizaines de milliers de points de charge

Au-delà du réseau rapide dont on ne connaît ni le planning de développement, ni les conditions d’utilisation, Total est déjà bien embarqué dans la recharge des véhicules électriques et hybrides rechargeables. En septembre dernier, le pétrolier a acquis la startup G2 Mobility dont le capital était, entre autre, dans les mains de Bpifrance, Innovacom et Nexans. G2 Mobility, qui tenait un stand, il y a quelques semaines à Paris, au salon des maires, assure la gestion d’un parc global de 10.000 points de recharge disponibles dans l’espace public français, au sein de collectivités publiques et d’entreprises.

Carte GR

La carte Total GR est exploitée par les professionnels qui accumulent à l’année un important kilométrage avec 1 ou plusieurs véhicules, qu’il s’agisse d’une flotte de poids lourds, de taxis, ou d’utilitaires de livraison, mais aussi de professionnels du BTP, par exemple. C’est donc plus particulièrement à eux que s’adresse l’offre de Total d’exploiter ce badge pour accéder à plusieurs dizaines de milliers de bornes de recharge publiques à travers l’Europe, via divers partenariats. Le pétrolier rattache toutes ces propositions, et les suivantes, à sa Stratégie Climat par laquelle il s’engage « à réduire l’intensité carbone des produits énergétiques mis à disposition de ses clients ».

Total Spring

Depuis un peu plus d’un an, le pétrolier réserve aux électromobiliens une offre en électricité verte qui doit profiter à la recharge des véhicules électriques et hybrides rechargeables. « La totalité de l’électricité vendue aux clients Total Spring est couverte par des garanties d’origine achetées en fin d’année civile. A l’aide de ce mécanisme, Total Spring garantit que de l’électricité d’origine renouvelable a été produite et injectée sur le réseau électrique en quantité équivalente à la consommation » de sa clientèle, expliquait le service de communication du groupe au lancement du service. En plus d’avoir une voiture branchée à ravitailler en énergie, l’adhésion à Total Spring suppose que le foyer à raccorder soit équipé du compteur Linky.

Lubrifiant

Le dernier communiqué de presse émis par Total au sujet des véhicules électriques et hybrides concerne une gamme de lubrifiants dédiés. « Fruits d’un important travail des équipes R&D du groupe, ces produits ont été spécialement développés pour répondre aux besoins de refroidissement et de lubrification des différents organes de ces nouvelles motorisations et en assurer un fonctionnement dans des conditions optimales », justifie le pétrolier. Deux produits sont à la disposition des constructeurs de véhicules électriques : Total Quartz EV Fluid pour les engins légers, et Total Rubia EV Fluid dédié plus particulièrement aux poids lourds.

A la construction des VE

« Intégrés dès leur sortie d’usine, ces fluides haute performance accompagneront les véhicules électriques tout au long de leur cycle de vie, pour le plus grand bénéfice de nos clients : équipementiers, constructeurs comme utilisateurs finaux », explicite Philippe Charleux, senior vice-président du département de Total consacré aux lubrifiants. L’entreprise met en avant des exigences techniques nouvelles qui imposent des lubrifiants adaptés : Ces produits « ont été développés pour répondre pleinement aux problématiques spécifiques des moteurs et des transmissions à hautes vitesses de rotation, ainsi qu’aux besoins de maitrise des échanges thermiques dans les batteries ».

4 caractéristiques majeures

Total détaille les 4 caractéristiques majeures que doivent avoir les lubrifiants utilisés dans les systèmes de propulsion des véhicules hybrides et électriques : « Propriétés diélectriques, essentielles à une utilisation en présence de courant électrique ; Compatibilité avec les nouveaux composants liés à l’électrification, permettant d’éviter la corrosion des bobines de cuivre du moteur électrique et de protéger les matériaux en polymères les recouvrant ; Réponse aux contraintes thermiques très spécifiques aux modèles électriques : évacuation rapide des calories lors de fortes accélérations ou lors de charges rapides, management thermique des batteries, etc. ; fonctionnalités de lubrification conventionnelles de la transmission, afin de protéger les organes mécaniques, de maintenir des propriétés optimales de friction et donc de garantir l’efficacité des véhicules sur la durée ».


Mots clés : électrique | véhicule | voiture | Total | borne | recharge | lubrifiant
Catégories : Voiture électrique | Voiture hybride rechargeable | Borne de recharge |

Commentaires

Posté le 10-12-2018 à 14:26:39 par ZoéT

Il y a des exemples de constructeurs de véhicules électriques qui utilisent ces lubrifiants ?

Posté le 10-12-2018 à 15:21:57 par Modulation de puissance

Puissance qui peut être modulée par le réseau

Arrêté du 19 juillet 2018 relatif aux dispositifs permettant de piloter la recharge des véhicules électriques
« Article 1 – Une station de recharge pour véhicules électriques ouverte au public est équipée d’un dispositif permettant une modulation temporaire de la puissance électrique appelable, sur réception et interprétation de signaux, dont notamment les signaux transmis par les gestionnaires de réseaux publics d’électricité.
La modulation temporaire de puissance est déclinable par point de recharge.
Article 2 – Les dispositions du présent arrêté sont applicables aux stations de recharge pour véhicules électriques installées ou remplacées à partir du 1er janvier 2019. »

Donc aucune certitude de disposer de cette puissance, les temps d’attente peuvent s’allonger.

Posté le 10-12-2018 à 15:21:40 par Toomy75

Il faudra que la qualité des bornes de recharge rapides soit au rendez-vous car tous les articles d’essais de voitures électriques se plaignent régulièrement des bornes en panne ou ne délivrant pas la puissance promises...

Posté le 10-12-2018 à 17:44:47 par soub56

C’est une bonne nouvelle : les stations service TOTAL sont généralement bien situées, à des tarifs intéressants pour les stations ACESS, avec des services pratiques ( restauration, toilettes bien entretenues, zone de repos). Quand je roule en VT, ce sont les stations que j’utilise : si en plus on peut y trouver des bornes de recharge rapide puissantes, au lieu de poireauter 30 minutes ou une heure à coté d’une borne de recharge dans un coin perdu, j’utiliserai le réseau TOTAL lors de mes déplacements longue distance en VE.

Posté le 12-12-2018 à 08:04:20 par Pacel

J’hésite entre me réjouir ou me désoler que Total s’intéresse aux voitures électriques. D’autres comme moi ?

Posté le 12-12-2018 à 08:38:55 par Vérité

Je ne me réjouis ni me désole.
Si les pétroliers existent, c’est bien qu’il y a de la demande pour les produits qu’ils produisent et qu’ils peuvent gagner de l’argent en les commercialisant.
La pollution et les émissions de GES de l’utilisation de leurs produits est-elle à mettre sur leur compte ou sur le compte des utilisateurs ?
Si ils changent leur politique, c’est bien qu’ils ont intégré la prise de conscience qu’il allait falloir sortir de cette dépendance au pétrole. Bien évidemment ils vont vers ce qu’ils espèrent leur rapportera de l’argent. Il ne me semble pas avoir vu qu’ils avaient intégré un critère sociétal dans leur objet social.

Moi ce qui me désole c’est la passivité des gens qui attendent que les solutions viennent des entreprises et des politiques alors qu’ils ont entre les mains des moyens d’action :
- changer leurs modes de déplacement,
- réduire la consommation énergétique du logement,
- changer leurs modes de consommation,
etc.
Mais il faudrait qu’ils aient conscience des efforts à faire et là par contre les politiques manquent de courage en n’indiquant pas l’objectif individuel à atteindre à savoir 860 kg COeq/an.personne.

Posté le 12-12-2018 à 12:22:06 par electronlibre

@Vérité
Pourquoi 860 kg CO2eq/an/personne?
D’où vient ce chiffre?
Que permettrait il d’atteindre et qu’est ce que cela changerait?

95% du CO2 atmosphérique est d’origine naturel(405ppm x 0.95= 385ppm)
Seulement 20ppm de CO2 anthropique; comment penser que cela puisse avoir une influence majeur sur le climat?

Posté le 12-12-2018 à 14:31:14 par Vérité

@electronlibre
Cela permet de sortir des énergies fossiles et de la pollution induite par leur combustion.
Donc cela change beaucoup de chose.

Posté le 12-12-2018 à 17:12:43 par electronlibre

@Vérité
Est ce que les pétroliers(producteurs et distributeurs) ou le gouvernement sont prêts à se passer des revenus issus des produits pétroliers?
Peut on transformer les milliers d’emplois de ce secteur d’un claquement de doigts?
La transition énergétique va durer plusieurs décennies, réduire la consommation d’énergie "fossile" est une action importante mais ne doit pas se faire à marche forcée...

Posté le 13-12-2018 à 08:55:31 par Vérité

@electronlibre
L’activité des pétroliers ne consiste pas uniquement à commercialiser des carburants routiers.
Lors du raffinage du pétrole, il en ressort d’autres produits. A-t-on des substitutions pour ces produits ? A l’heure actuelle, non donc l’activité des pétroliers est loin d’être menacée par l’arrêt des voitures à pétrole. Les carburants routiers devriendront des déchets et le prix des autres produits augmentera du fait de l’absence de fillière pour les premiers, le bilan carbone aussi celui du raffinage et de l’élimination des déchets étant réparti uniquement sur les produits commercialisables.
L’Etat, donc nous, aura plus de mal à se passer de la manne de la TICPE sur les carburants routiers. De plus comme l’entretien des routes a été délaissée ces derniers temps, les coûts explosent, il va donc falloir trouver de l’argent pour rénover (idem réseau ferroviaire où l’argent a été fléché vers le TGV).

Le pétrole a été utilisé dans les moteurs quand les ampoules électriques ont supplanté les lampes à pétrole.

Posté le 13-12-2018 à 12:03:22 par electronlibre

@Vérité
Les carburants pour le transport est tout de même une part importante de l’activité des pétroliers. Si la France a dieselisée son parc automobile à la fin des années 70, c’est parce que l’électricité fournie par les centrales thermiques a été majoritairement remplacée par les centrales nucléaires à fission: que faire du surplus de fuel après fermeture de certaines centrales? Faire rouler des véhicules comme les taxis, les utilitaires légers...

Ce ne sont pas les gouvernements qui prennent les décisions, ce sont les multinationales!



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du /09/2021 au 09/2021 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa quatrième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer en septembre 2021. Cet événement permettra aux acteurs...
A lire également / sur le même thème Petite mobilité électrique : Screlec collecte et recycle les batteries
Planches à roulettes, trottinettes, draisiennes, vélos, scooters… électriques : l’éco-organisme Screlec a décidé de créer une filière spécifique. Cette action s’inscrit...
Renforcement des aides Advenir à l’installation de bornes de recharge
Financé par des certificats d’énergie, et piloté par l’Avere-France, le programme Advenir a été mis en place en 2016 afin de faciliter l’implantation de points de...
Ouverture de 2 nouveaux parcs Blooweels en région parisienne
Spécialisés dans la location de véhicules premium et électriques, nous avons le plaisir de vous annoncer l’ouverture de 2 nouveaux parcs sur la région parisienne. Ils...
100.000 bornes de recharge : Les signataires privés et leurs réseaux
On se souviendra peut-être de la promesse de Bolloré d’installer des infrastructures de recharge en France pour véhicules électriques lorsque Emmanuel Macron était...
Aides à l’achat de véhicules électriques : Les occasions aussi
A l’intersection de la Convention citoyenne pour le climat et du plan de relance, Barbara Pompili et Jean-Baptiste Djebbari, respectivement ministre de la Transition...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact