Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 16/12/2010 à 18:00 par Michaël Torregrossa - Lu 3324 fois - 1 commentaire

Etude - Une multitude de technologies pour le véhicule décarboné en Europe - Photo 1
Au sein de l’Union Européenne, la réduction des gaz à effets de serre dans le secteur des transports dépendra d’une multitude de technologies (électrique, hybride rechargeable, hydrogène…), telle est la conclusion d’une étude réalisée par un consortium regroupant une trentaine de membres.

Dans les quarante années à venir, l'étude démontre que le véhicule décarboné ne pourra pas reposer sur une seule technologie, qui ne parviendrait pas à couvrir toutes les exigences en terme d’économie, d’écologie et de performances, mais sur une multitude d'entre elles : électrique, hybride rechargeable, pile à combustible...

Il est donc fort probable que le monde automobile passe d’une technologie unique, le moteur à combustion à l’heure actuelle, vers un panel de nouvelles motorisations qui joueront un rôle complémentaire. Ainsi, les voitures électriques seraient davantage réservées à des trajets courts tandis que les voitures hydrogènes seraient destinées à des trajets moyens longs. Les hybrides rechargeables constitueraient également une bonne solution pour des courts trajets où seule l’énergie électrique des batteries serait sollicitée. Pour les trajets longs, l’usage du moteur thermique alimenté par du biocarburant de nouvelle génération les rendrait encore plus efficace.

L’étude propose ainsi un bilan comparatif intéressant entre toutes ces nouvelles technologies, notamment sur le plan économique avec une évaluation du coût total d’utilisation (TCO) à l’horizon 2020 à 2025.

Voir le sommaire de l'étude


Liens supplémentaires pour nos membresConsulter un résumé de l’étude




Mots clés : Etude | Europe



Commentaires

Posté le 17-12-2010 à 08:35:08 par Dan617

J'espère bien que d'ici quarante ans, le moteur thermique (quel qu'il soit) sera remisé aux oubliettes, car il serait vraiment dommage, voir irresponsable de continuer à dépenser des sommes folles ainsi qu'une énergie dévastatrice, vouées à la fabrication de tous les organes le constituant et de poursuivre inlassablement d'autres inutiles mises au point.

En même temps, j'ose espérer qu'un hybride (hydrogène / thermique) du style de celui que nous à pondu BMW avec sa 750 Hydrogen 7 ne sera pas reconduite, car ce constructeur qu'on peut qualifier de sérieux nous a habitué à mieux pour moins cher et moins contraignant, c'est le moins que l'on puisse en dire!

Un exemple de ce qu'il ne faut pas continuer de faire :

compte tenu que le moteur thermique est ambivalent -entendez par là qu'il peut accepter pratiquement n'importe quel carburant- il peut donc fonctionner à l'hydrogène, d'ou celui réalisé par BMW en adaptant son moteur W12 à la "bi-carburation": essence/hydrogène.

Comparons la BMW Hydrogen 7 à sa soeur jumelle 760 iL. En matière du respect de l'environnement c'est soit disant zéro pollution pour la 7. Dans la pratique il en est tout autrement, car la solution adoptée par le constructeur est loin d'être idyllique étant donné que l'hydrogène liquide embarquée doit impérativement être maintenue à - 253°C !

Pour y parvenir, l'hydrogen 7 embarque donc un gigantesque réservoir cryogénique de 171 litres dont l'isolation high-tech de 30 mm d'épaisseur correspond à 17 m de polystyrène expansé!!! Le problème, c'est que malgré cela, l'hydrogène ne tarde pas à revenir à son état gazeux après seulement 17 heures sans fonctionnement...

Dans la pratique, en moins de 20 jours le réservoir est vide! Car doit lâcher progressivement de l'hydrogène pour éviter toute surpression, ce qui n'offre donc dans ce cas plus aucun intérêt à cette "innovation" dès lors que l'on utilise pas sa voiture quotidiennement en roulant à l'hydrogène jusqu'à plus soif, pour finalement terminer le trajet à l'essence...

Bilan : on se retrouve avec le réservoir d'essence d'origine de 74 l plus celui de 171 litres et... 280 kg supplémentaires (2460 kg à vide sur la balance)... Conséquences, dans ces conditions de roulage, une surconsommation 15 l/100 km de moyenne contre 13,6 l/100 pour sa soeur jumelle 750 iL, avec tout le cortège de gaz polluants supplémentaires qui en résulte, est-il bien raisonnable?...

Par ailleurs, un mot pour dire ce qui est rarement expliqué en matière de pollution : car en effet, pour rejeter des "imbrulés" à la sortie de l'échappement il faut tout d'abord dans les chambres de combustions du moteur, injecter du carburant bien sur, mais aussi de L'AIR, sans quoi il est impossible que l'explosion se produise...

Or, la consommation d'air est beaucoup plus importante que celle du carburant injecté : le rapport stoechiométrique admis étant compris entre 1/15 et 1/18 ème (1 volume de carburant pour 15 volume d'air...). Comment se fait-il que cette donnée (l'air) pourtant si importante à la vie humaine, et qui dans le cas présent est gaspillée en pure perte, n'entre jamais dans les critères habituels de "pollutions" de la planète? Pour mémoire ou pour info, un moteur électrique ne consomme pas d'air du tout lors de son fonctionnement...

Imaginer un instant sur un plan mondial l'économie d'air réalisable lorsque tous les véhicules seront tous munis de moteurs électrique... Qui en fait état dans les rapports, réunions, colloques, presse et autres médias? A ma connaissance, personne... Pas la peine de tourner en rond pendant quarante ans pour décider une fois pour toute de ce qu'il y a lieu de faire en priorité de ce qu'il convient d'abandonner de toute urgence...






Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Les potentiels du véhicule électrique vus par l’Ademe
L’Ademe vient de rendre public son avis en douze pages sur les potentiels du véhicule électrique. On mesure tout le chemin parcouru autour du sujet par cet établissement...
Korelation : Résultats d’une enquête suisse sur les véhicules électrifiés
Du milieu de l’année 2013 jusqu’à fin 2014, le Centre suisse des véhicules électriques de l’association e’mobile a invité les électromobiliens à analyser leur usage au...
Bornes de recharge - La Directive Européenne CPT entre en vigueur
L’Union Européenne a adopté ce lundi 29 septembre sa Directive CPT (Clean Power for Transport), une nouvelle réglementation destinée à assurer la mise en place de points...
Tesla – Plus de 50 superchargeurs déployés en Europe
En Europe, Tesla Motors poursuit son expansion et vient d’annoncer avoir franchi le cap des 50 superchargeurs installés. Initiée en août 2013 en Norvège,...
Europe – Plus de 40.000 véhicules rechargeables vendus au premier semestre 2014
En Europe, les immatriculations de véhicules électriques, hybrides rechargeables inclus, ont passé le seuil des 40.000 exemplaires au cours du premier semestre 2014....
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact