Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 11/07/2018 à 09:13 par Philippe Schwoerer - Lu 1444 fois - 9 commentaires


Etude Greenpeace : Actions de 12 villes contre les voitures polluantes


« Mobilité durable : où en est votre ville ? » : C’est le titre d’une étude réalisée par Greenpeace en collaboration avec l’ONG Réseau action climat et une vingtaine d’associations locales de promotion du vélo et d’usagers des transports en commun. Publiée le 27 juin dernier, elle décortique les actions prises par 12 grandes villes françaises (Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Paris, Rennes, Strasbourg et Toulouse) pour réduire puis supprimer les voitures polluantes. Quatre types d’engagements sont évalués : Restrictions sur les voitures polluantes ; Renforcement de l’offre en transports en commun ; Mise en place d’un réseau express vélo ; Incitations au changement des comportements. Les résultats sont rapidement présentés dans un tableau qui complète une fiche établie pour chacune des villes. Les rédacteurs de cette étude ont surtout souhaité lancer un nouveau pavé dans la mare, s’attendant à des réactions de la part des élus concernés qui ont parfois répondu par voie de presse pour clarifier certaines situations. L’espace réservé aux commentaires, à la suite du présent article, devrait permettre de prolonger le débat.

Urgence à réduire la pollution de l’air

« Face à l’urgence de réduire la pollution de l’air, l’Etat tergiverse et les constructeurs automobiles ont maintes fois prouvé leur irresponsabilité. Les municipalités et les métropoles ont aujourd’hui le pouvoir et le devoir d’engager la transition vers une mobilité durable et équitable sur leur territoire. A l’approche des élections municipales de 2020, les responsables de nos villes seront aussi jugés sur leurs actions pour protéger la santé de leurs habitants et le climat » : ainsi Sarah Fayolle, chargée de campagne Climat / Transports pour Greenpeace France, présente-t-elle la récente étude. Si l’ONG assume le recours aux évaluations des associations locales partenaires, il est clair qu’il peut ressortir de cette multitude de voix des disparités d’appréciations susceptibles de creuser plus ou moins artificiellement des fossés entre les territoires. Toute aussi intéressante que soit cette étude, les résultats sont donc à prendre avec les précautions d’usage. Et l’on comprend pourquoi en découvrant la méthodologie employée, qui a, parmi ses mérites, celui de mettre au jour d’éventuelles problèmes de communication sur les projets poursuivis par les collectivités.

Sur la méthodologie

Seule la colonne réservée aux « Restrictions sur les voitures polluantes » a été renseignée avec l’appui du Réseau action climat, « à partir des éléments d’information disponibles sur la mise en place de zones à circulation restreinte permanentes à l’échelle des villes et/ou des métropoles, ainsi que sur la mise en place de zones très faibles émissions ». Les associations locales sont intervenues pour remplir les 3 autres colonnes, en communiquant « leur perception de la dynamique et de l’action politique en cours dans leurs villes et métropoles ». Concernant celle dédiée au « Renforcement de l’offre en transports en commun », il s’agissait aussi bien pour les entités partenaires d’évaluer l’existant que d’être des témoins des programmes à venir, aussi bien pour la ville que pour sa périphérie. Amélioration de l’intermodalité, ouverture de nouvelles lignes, mise en place de tarifications solidaires, fréquence et régularité des dessertes : « Chaque association a mis l’accent, dans son témoignage, sur des enjeux qui font particulièrement sens au regard de la réalité de leur territoire », souligne Greenpeace France. Au sujet de la colonne « Mise en place d’un réseau express vélo », il faut comprendre « réseau de pistes cyclables continu, sécurisé, convivial/accueillant, lisible, avec des services vélos associés, permettant de mailler le territoire de la ville et pensé en bonne intelligence avec sa périphérie ». Enfin, pour la colonne « Incitations au changement des comportements », ont notamment été appréciées les mesures d’aides à l’achat de vélos à assistance électrique et de développement des véhicules partagés, mais aussi les expérimentations menées pour désencombrer les villes.

Réalité contrastée

Il suffit de jeter un œil rapide sur le tableau qui résume les situations connues dans chacune des villes évaluées pour percevoir que les degrés d’avancement des engagements sont très différents. Au final, selon le panorama global proposé par Greenpeace, en collaboration avec Réseau action climat et une vingtaine d’associations locales, aucun territoire n’aurait atteint un niveau suffisamment élevé et homogène pour s’affranchir de nouveaux efforts. Toutefois le collectif distingue plus positivement Paris et Grenoble pour avoir « affirmé leurs ambitions en matière de restrictions sur les véhicules polluants ». Des prises de position qui doivent s’appuyer toujours davantage sur « des efforts en matière de développement des alternatives comme le vélo et les transports en commun ». Strasbourg et Nantes sont aussi mises en avant parce que disposant d’atouts sérieux pour « assumer une sortie des véhicules polluants », notamment avec de solides « réseaux de vélos et de transports en commun ». Greenpeace a jeté Marseille et Nice en lanternes rouges de son panorama, justifiant que ces territoires « n’en sont même pas au stade de l’engagement sur une sortie du tout-voiture ».

Travail complémentaire

Pour Greenpeace France, l’étude « Mobilité durable : où en est votre ville ? » complète et/ou prolonge d’autres travaux : publication sur Les villes “Respire” de demain du Réseau action climat ; Feuille de route proposée à l’Etat et aux collectivités locales sur les enjeux transports/pollution émise par la même association ; Baromètre des villes cyclables de la Fub. Les panoramas détaillés réalisés pour chacune des 12 villes retenues par Greenpeace sont accessibles en suivant ce lien.


Mots clés : Greenpeace | étude | ville | voiture | polluante | panorama | vélo | transports en commun
Catégories : Voiture électrique | Vélo électrique | Etudes, rapports & analyses |

Commentaires

Posté le 11-07-2018 à 09:22:40 par Christophe

Etude intéressante qui a le mérite d’exister.
Cependant il a été démontré que des restrictions de circulation basée uniquement sur des certificats Crit’Air (basé sur les émissions de NOx et pas sur les émissions de particules, polluant le plus dangereux) aurait un impact minime sur la pollution aux particules et ce d’autant plus si elles n’amènent pas de réduction de circulation.
Dans le document est indiqué page 12, comment est établi le critère restrictions sur les voitures polluantes.
Par exemple 1 soleil rouge correspond à "Pas d’engagement à mettre en place une Zone à Circulation Restreinte (ZCR) permanente et pas d’engagement en faveur d’une ville libérée des voitures diesel et essence." La ville de Laval aurait bien ce classement, pourtant elle est moins polluée que des villes équivalentes en ayant incité à un usage moindre de la voiture notamment pendulaire grâce à un réseau de bus performant et des tarifs de stationnement bien ficelés.
Et 5 soleils verts correspondent à "Zone à Circulation Restreinte (ZCR) permanente en place et engagement en faveur d’une ville libérée des voitures diesel et essence d’ici 2025."
Ce critère serait bien plus pertinent si il se basait sur des incitations à la réduction de la circulation automobile plutôt que sur des restrictions de circulation qui peuvent impacter des habitants ayant pourtant un impact réduit. Parce que c’est bien l’usage qui est à l’origine de la pollution, bien plus que le moyen lui-même (notamment pour les véhicules récents).

Posté le 11-07-2018 à 09:45:32 par Christophe

Nantes et Strasbourg avec le classement que je propose sur le 1er critère aurait un classement bien meilleur que celui présenté et donc la présentation globale serait bien plus représentative des efforts des deux villes.
Idem pour Rennes qui se prend un rouge !
Pourtant selon l’OMS voilà les valeurs pour les particules :
"Mean PM2.5 (µg/m3) 10
Year PM2.5 2015
PM2.5 source Measured
Mean PM10 (µg/m3) 18
Year PM10 2013
PM10 source Measured"
Pour respectivement 10 et 20 comme seuil OMS.

Posté le 11-07-2018 à 15:16:09 par Christophe

J’ai cité sur les fils "Innovation Day" et "Une étude de l’Ademe" l’application GecoAir qui permet de faire un bilan polluant de ses trajets.
Depuis le 19/04 elle intègre les particules d’abrasion (pneus, revêtement et freins).
Mes premiers retours permettent de confirmer mon analyse qu’une citadine essence très légère produit au total moins de particules qu’un véhicule électrique avec une autonomie de 300 km.
Cela confirme bien que c’est l’usage qui est à l’origine de la pollution, bien plus que le moyen lui-même et donc que des restrictions de circulation, visant uniquement les véhicules et pas leur usage, sont inefficaces pour réduire la pollution.

Posté le 11-07-2018 à 15:59:47 par ODN13

Cette étude ne semble pas très fiable effectivement. Greenpeace nous a habitué à mieux. Comparer des situations en s’appuyant sur des remontées communiquées par des associations locales, c’est léger. Ca saute davantage au yeux à la lecture des commentaires pour chaque ville.

Posté le 11-07-2018 à 18:02:14 par MarinaG

Pour Marseille, je trouve que c’est bien conforme.

Posté le 12-07-2018 à 11:38:00 par @ Christophe

Bien résumé, excellent;

Pour les béotiens, Christophe a raison de mentionner le thread "Innovation Day" sur ce site.

http://www.avem.fr/actualite-innovation-day-le-groupe-psa-precise-sa-strategie-dans-l-electrique-6062.html

Plus de 1000 commentaires au total, une première pour l’AVEM, et des échanges de haute qualité (dont Christophe :)) entre lanceurs d’alerte média + médical + experts automobiles d’une densité et d’un degré de connaissances rarement atteint.

Avoir le courage de remonter le thread en partant des derniers commentaires transforme n’importe quel novice en fin connaisseur de la problématique de la pollution urbaine.

C’est d’ailleurs pour cela que ce thread a été lu près de 30 000 fois, y compris par pas mal de journalistes, et cela se sent dans les articles de presse récents, enfin "éclairés" sur le délicat sujet de la pollution urbaine...

Posté le 13-07-2018 à 09:06:50 par Rims

Complexe... Et pas tout compris

Posté le 13-07-2018 à 11:35:53 par SDB

???

Posté le 15-07-2018 à 20:54:10 par MarleneC78

Peu fiable ! Je ne reconnais pas ma ville natale de Montpellier.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 20/09/2018 au 22/09/2017 - Cagnes-sur-Mer

Du 20 au 22 septembre 2017 auront lieu la seconde édition des Journées AVEM de l'électro-mobilité. Lors des deux premières journées, les 20 et 21 septembre, des...
A lire également / sur le même thème Meilleur concept-car 2018 : Honda Urban EV
C’est dans le cadre du salon automobile de Turin que le constructeur japonais Honda a reçu le Car Design Award 2018 pour sa Urban EV. Le titre distingue ainsi le...
Les vélos à assistance électrique Vélib’ de retour ?
Selon une interview accordée au Parisien par le nouveau président de Smovengo, - Arnaud Marion -, 3.000 vélos à assistance électrique devaient progressivement retrouver...
Festival Ruisrock : Payer sa navette électrique BMW i3 en chantant
C’était du 6 au 8 juillet 2018 : Pour accéder et repartir du festival Ruisrock qui se tenait en Finlande, à Turku, des BMW i3 étaient proposées en navette baptisées «...
Secure Tel et nouvelles installations en news de Clean Energy Planet
Principale information de la newsletter de juillet 2018 adressée à ses inscrits par Clean Energy Planet, l’ajout au catalogue d’une nouvelle vélos-station automatique...
Electriques et hybrides rechargeables : Progressions en juin 2018
En juin 2018, c’est du côté des utilitaires électriques que l’on trouve la progression la plus marquée, légèrement supérieure à 61%, et, surtout, un nouveau record...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact