Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 12/05/2015 à 18:11 par Philippe Schwoerer - Lu 6539 fois - 6 commentaires


Dans la peau d’un porteur de journaux en voiture électrique


Rapidement interrogés, les postiers qui utilisent des véhicules électriques indiquent que l’autonomie annoncée par les constructeurs est réduite de moitié avec un usage de distribution du courrier. Je me suis mis dans la peau d’un porteur pour un quotidien régional, histoire de constater sur le terrain ce qu’apporte un véhicule électrique.

Profil de la tournée

La tournée que j’ai assurée pendant une bonne semaine est longue d’une trentaine de kilomètres, pour 80 à 95 abonnés à livrer, selon le jour. Ce sont les vendredis, samedis et lundis qu’elle est la plus lourde, respectivement en raison du supplément TV, du programme du week-end, et des résultats sportifs. Les journaux sont à prendre en charge vers 5h30 du matin en un point central du territoire couvert, et à distribuer en 75 minutes, avec une marge d’un quart d’heure. Dany, mon formateur pour l’occasion, boucle le tour en 1h30, dans les meilleures conditions : pas de factures ou de tracts supplémentaires à distribuer, temps sec, absence de poubelles sur les trottoirs, etc. La distance entre deux boîtes à lettres est très variable, de 10 mètres à 3,2 kilomètres.

Choix du véhicule électrique

Bolloré Bluecar, Nissan Leaf ou e-NV200, Renault Kangoo ou Zoé… : quelle voiture électrique choisir pour notre mise en situation ? Lors de ma formation à la tournée, j’ai remarqué les difficultés à repartir rapidement de certaines cours intérieures du fait des dimensions du Renault Espace diesel hors d’âge mis entre mes mains. Ciel de toit arraché, systèmes d’ouverture des portes cassés, moteurs des vitres paresseux, jauge à carburant définitivement accrochée au zéro, plus de 400.000 km au compteur, nuages de fumées noires garantis à l’accélération, etc. : bref, le parfait candidat à éliminer pour décrocher le superbonus à l’achat d’un VE ou d’un hybride rechargeable parmi les plus sobres. Finalement, pour sa faculté à tourner très court, c’est la Citroën C-Zéro familiale qui remplacera l’engin à bout de souffle. En outre, la faible largeur de cette citadine branchée permet d’accéder avec de moindres gestes aux journaux empilés devant et sur le siège passager à côté du conducteur.

Objectif : Silence

Le premier point positif espéré par la livraison des journaux avec un véhicule électrique, c’est la réduction du bruit tôt le matin, au bénéfice des riverains et des abonnés. Une attention que l’on peut parfois accompagner en rejoignant à pied la boîte suivante, quand l’opération ne prend pas plus de temps que de remonter dans un engin qu’il faudra ensuite manœuvrer. Eh bien, ce n’est pas toujours gagné ! Premier jour en solo, première boîte à livrer, dans une petite cour intérieure encombrée : je laisse la voiture, mais le sol recouvert de gravier bruisse sous mes pas volontaires. Un voisin qui a détecté ma présence ouvre la porte en laissant apparaître son chien énervé, heureusement encore tenu à la laisse ! Le vieux diesel et le double claquement de porte étaient finalement plus rassurants pour les riverains que mon rapide aller-retour de piéton sur les cailloux. Dès le lendemain, je reprendrai donc la C-Zéro pour cette délicate opération particulière : ce sera plus sûr pour moi, et plus identifiable pour les habitants de l’impasse.

Le bruit du moteur : la carte de visite du porteur

Du gravier, je vais en rencontrer finalement souvent, qui rend l’effort de silence sur la motorisation parfaitement inutile. Les roues de mon VE sont pourtant plutôt étroites, mais elles marquent tout autant leur passage dans ces conditions qu’avec un véhicule bien plus lourd. Les abonnés que j’ai pu interroger sur le champ ou par la suite sont habitués au bruit du vieux diesel. Son claquement signe le passage du porteur. Un repère dont l’absence apparaît perturbante. Sauf pour les voisins, plus sensibles à la relative discrétion de la C-Zéro, sur un sol plus stable. Entre les bips-bips pour portière ouverte et ceinture de sécurité non attachée, et la pompe électrique d’assistance au freinage, ma voiture se fait encore trop remarquer, en particulier des chiens. Dans une ferme, l’un d’eux est carrément venu planter ses crocs sur un pneu arrière. Plus ou moins dressé ainsi afin de rassembler les vaches, ce border collie a profité de l’absence de pot d’échappement pour me signifier que je n’avais rien à faire près de la boîte à lettres de ses maîtres, exploitants agricoles.

Absence d’embrayage

Les avantages à effectuer une tournée avec un véhicule électrique concernent surtout son conducteur. L’absence d’une pédale d’embrayage et d’un levier à actionner pour changer de vitesse soulage le genou gauche et le poignet droit. Je l’ai constaté dès ma première tournée en solitaire, après celle que j’ai effectuée en binôme au volant de l’Espace habituel. En outre, toute la puissance du moteur étant disponible de suite sur un VE, évoluer de boîte en boîte se fait à un rythme assez soutenu lorsqu’elles sont distantes de quelques dizaines de mètres, et qu’il est possible de distribuer les journaux sans descendre de la voiture. Et là, pour le coup, le silence d’accélération évite de perturber les riverains.

Du côté de la consommation

On s’en doute, les arrêts et redémarrages fréquents influent nettement sur l’autonomie. En côte, l’énergie à fournir est plus importante ; en descente, les ralentissements après redémarrages ne sont pas assez longs pour régénérer significativement la batterie. En bref, on perd sur les 2 tableaux. Au total, j’ai consommé 30% de plus qu’en faisant, sans arrêts, la même boucle, soit environ 50% au-dessus du chiffre annoncé par Citroën pour sa citadine électrique. Un résultat qui apparaît bien meilleur que celui obtenu par les facteurs, mais qui accrédite pourtant leurs témoignages : eux doivent s’arrêter à toutes les boîtes, avec de plus nombreuses relances au final.

1h18 pour réaliser la tournée

Je devais m’acquitter de la tournée en 1h15. Mon formateur sait la boucler en 1h30. J’ai finalement fait mieux que lui, avec seulement 3 minutes d’écart par rapport à l’exigence du prestataire. Cette performance a été rendue possible par la vivacité des véhicules électriques en général, mais aussi par les caractéristiques très particulières de la C-Zéro que peu d’autres VE partagent : repartir des cours sans avoir à reculer, approcher certaines boîtes pour délivrer le quotidien sans devoir descendre de la voiture grâce à son museau court, proximité du siège passager qui réduit l’amplitude des gestes à effectuer pour saisir le journal, le plier, et le redéposer en attendant le prochain arrêt.

Le VE : un bon outil pour le porteur

Au final, dans le cas d’un service de distribution à domicile, le véhicule électrique profite avant tout aux riverains et à son conducteur, plutôt qu’aux abonnés ou clients qui déduisent qu’ils ont été livrés en identifiant au bruit l’engin du porteur. Pour autant, l’été, lorsque la fenêtre de la chambre est ouverte, mieux vaut avoir en bas de chez soi un véhicule électrique qu’un vieux diesel qui embaume de manière très caractéristique son environnement. Au volant d’un VE, le livreur éprouve plus de confort qu’avec son homologue thermique : moins de bruit, absence de vibration, moins de gestes répétitifs à effectuer, etc. Et lorsqu’il s’agit d’utiliser son propre véhicule contre dédommagement kilométrique forfaitaire, ce sont, par les économies réalisées sur les dépenses de carburant, 100 euros et plus qui s’ajoutent chaque mois à un revenu plutôt assez faible. A noter que, si la tournée que j’ai pris en charge ne peut être servie avec un vélo assisté du fait du timing à respecter, un maxi-scooter électrique équipé en conséquence serait parfaitement exploitable, permettant même d’approcher au mieux toutes les boîtes à lettres, sans avoir à quitter la selle !


Mots clés : véhicule électrique | voiture électrique | distribution | journaux | portage | Citroën C-Zéro
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 13-05-2015 à 09:38:40 par SolutionR92

Bravo Philippe tu seras le pionnier branché de la distribution de journaux a la campagne.

Posté le 13-05-2015 à 16:52:55 par electronlibre

Je pense que le temps et la conso sont encore diminués avec le système des cidex (groupement de boîtes).
Dans mon canton, toutes les communes en sont équipées et en moyenne il y a 8 boîtes par cidex, donc beaucoup moins d’arrêts pour les postiers et les porteurs, et dans les hameaux, ils sont rarement distants de plus de cent mètres.

Posté le 15-05-2015 à 00:05:03 par coubalibré

En tout cas les journaux ne seront pas distribués par une courb
http://acteursdeleconomie.latribune.fr/strategie/industrie/2015-05-07/courb-l-inventeur-de-la-c-zen-en-redressement-judiciaire.html
Vraiment dommage ! Courb était une bonne Ve.

Posté le 15-05-2015 à 17:13:55 par Rickobotics

Enfin un journaliste qui paye de sa personne au lieu des habituels copié-collé ! -30% d’autonomie donc du simple fait des arrêts fréquents. Intéressant, merci pour l’info ! Un autre avantage est de pouvoir laisser le contact sans émissions entre 2 boîtes à pied par ex. Idem pour le chauffage en hiver, rien de pire qu’un véhicule a l’arrêt moteur ronronnant et fumant !

Posté le 16-05-2015 à 05:20:35 par 44444

@Rickobotics

si un distributeur de journaux est un journaliste, un conducteur de ve est un pilote de formule 1...

Posté le 16-05-2015 à 08:34:35 par Philippe Schwoerer

@44444
Je suis journaliste professionnel depuis 1999… et Rickobotics, comme d’autres lecteurs des news de l’Avem le savent.

Et je ne suis pas le seul journaliste à se mettre dans la peau de professionnels pour mieux parler de ce qu’ils vivent.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 26/09/2019 au 27/09/2019 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa troisième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer les 26 & 27 septembre 2019. Cet événement permettra aux...
A lire également / sur le même thème Recharger sa voiture en habitat collectif mission impossible ?
Vendredi dernier a eu lieu la toute première conférence “Recharger sa voiture en habitat collectif mission impossible ?” organisée par l’AVEM et la Mairie de...
L’avis de la Tesla Model 3 par Madame Dany
Nous avons souhaité recueillir l’avis de Madame Dany sur la voiture qu’elle possède depuis mars. Ses impressions de conduite, l’usage au quotidien, la recharge et l’avis...
La nouvelle initiative de Shell: un road trip à faibles émissions à travers les US
C’est dans une aventure originale que se sont embarqués 4 jeunes influenceurs américains dans l’émission « The Great Travel Hack » en français...
ERC 140, cette GT 2 places 100% française qui sera produite en Vendée
Pour la journée du mercredi 5 juin 2019, le programme de la 6e édition du Vendée énergie Tour prévoyait une séquence des plus symboliques : le passage de l’avion...
Journées AVEM 2019 : interview du Président
À l’occasion du dévoilement des dates des journées AVEM 2019 les 26 et 27 septembre prochain, Jean-Paul Faure, le Président de l’AVEM s’est exprimé sur le contenu et les...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact