Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 15/06/2017 à 09:25 par Philippe Schwoerer - Lu 2277 fois - 1 commentaire


1 salarié sur 8 confronté à des substances cancérogènes


Selon une étude publiée le 13 juin dernier sur le site Web du Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 1 salarié français sur 12 a été soumis à des substances susceptibles d’augmenter parfois de façon importante les risques de cancer. Les hommes sont plus particulièrement exposés aux émissions des moteurs et en particulier diesel, ainsi qu’aux carburants et aux huiles minérales. Une source qui pourrait être réduite avec l’emploi de véhicules électriques dans les milieux professionnels.

Populations à risque

L’étude publiée au BEH s’appuie sur des données déjà anciennes, relevées ou obtenues en 2009 et 2010. Le travail d’exploitation qui en a été fait dernièrement reste cependant valable aujourd’hui, et surtout, a été mené d’une façon renouvelée. Les résultats reposent sur une sélection de 24 agents chimiques (les plus courants), des rayonnements ionisants et le travail de nuit chez les femmes. Tous les salariés ne sont pas soumis aux mêmes risques : parmi ceux exposés, « 78% étaient des hommes, 15% des femmes en âge de procréer (<45 ans) et 7% des séniors. Les trois quarts des hommes exposés étaient des ouvriers (53% d’ouvriers qualifiés et 21% d’ouvriers non qualifiés et agricoles), alors que les femmes exposées occupaient surtout des professions d’employées de services (38%) ou intermédiaires (33%) », rapportent les rédacteurs de l’étude.

Produits pétroliers

Ce sont surtout les hommes qui sont exposés aux substances cancérogènes en lien avec les produits pétroliers. Secteurs d’activité où elles sont particulièrement actives : la réparation d’automobiles et de motocycles, le transport et l’entreposage. Rien que pour celui de la réparation des véhicules, ce sont presque 80% des ouvriers qualifiés, soit 174.000 personnes, qui sont concernés. Est-il besoin d’une étude pour s’en douter ? Sans doute que non. Mais avec ce récent travail, on en apprend un peu plus, notamment sur le fait que la plupart ont été exposés à 2 ou 3 produits différents, par voies respiratoires et/ou cutanées. « Les agents les plus souvent en cause étaient : les émissions de moteurs diesel (près de 70% de l’ensemble de ces ouvriers), les huiles minérales entières (43%), les fibres céramiques réfractaires (utilisées en particulier en remplacement de l’amiante), les hydrocarbures aromatiques halogénés et/ou nitrés et l’amiante », pointe l’étude.



Logistique

En quoi la mobilité électrique peut-elle participer à réduire les problèmes mis en évidence par l’étude publiée au BEH ? Reprenons les secteur que nous avons isolés dans le paragraphe ci-dessus, en commençant par l’entreposage. Sur les sites logistiques, des engins tournent en permanence, le plus souvent en accélérations répétées, pour déplacer des remorques ou décharger des camions le plus rapidement possible. C’est le jeu, répondraient certainement nombre de professionnels concernés. Pour autant, il existe désormais des engins électriques capables d’abattre le même travail, à la même cadence, en supprimant l’impact de cette activité sur la santé des personnes en présence. L’un de nos adhérents, BLYYD, se veut spécialiste de la logistique éco-responsable. Il distribue le premier tracteur de parc 100% électrique (ATM ou Automotive Trailer Mover) qui permet de déplacer les semi-remorques de poids lourds sur les sites de stockage. Cet engin, qui a été distingué à son lancement en 2014 par le prix de l’Innovation du Salon international du transport et de la logistique (SITL), est à lui seul un début de réponse, et peut même sortir de son premier rôle évident pour rejoindre des sites industriels.

Transport

Travailler dans le secteur des transports signifie le plus souvent d’être confronté aussi bien aux émissions polluantes à l’échappement que directement aux produits pétroliers eux-mêmes lorsqu’il s’agit de faire le plein des réservoirs. Ce ne sont pas des expositions ponctuelles, mais bien régulières et parfois prolongées. Aujourd’hui, il n’est pas possible de remplacer tous les véhicules thermiques par un modèle électrique. Tout simplement parce qu’il n’existe pas forcément un engin équivalent. Cependant, dans un contexte de transition énergétique et/ou écologique, il suffit la plupart du temps de créer un cahier des charges précis pour intéresser un constructeur ou un autre acteur (potentiel) de la mobilité électrique. Scooters de livraison, petits utilitaires, taxis, bus existent déjà, en exploitation, avec une chaîne de traction branchée. Potentiellement, on pourrait ajouter les camions à la liste. Pour des transports à longue distance, il manque encore des infrastructures de recharge efficaces, pourtant déjà performantes sur le papier et au sein de démonstrateurs de quelques centaines de mètres, voire quelques kilomètres. Ainsi les systèmes qui fournissent l’énergie en roulant, soit par induction avec un réseau encapsulé dans le sol, à l’image du projet Fabric de l’Institut Vedecom, soit par des caténaires disposés sur des voies rapides. L’alimentation des batteries des camions s’effectue alors au moyen de pantographes à déployer au besoin.



Réparation d’automobiles et de motocycles

Plus il y aura de véhicules électriques en service, moins le personnel en charge de l’entretien et des réparations des engins roulants sera exposé à des produits malsains pour la santé. Bien sûr, il existe nombre d’exemples d’ouvriers ayant eu en permanence les mains dans l’huile minérale ou la graisse, et/ou ayant travaillé dans un local plus ou moins bien ventilé avec des moteurs thermiques régulièrement en marche, à n’avoir jamais développé de cancer par la suite, dans leur grand âge. Idem pour de grands fumeurs ! Face à cette maladie, une certaine hygiène de vie en parallèle, notamment alimentaire, gomme parfois bien des risques. Tout le monde n’est pas à armes égales pour lutter contre l’exposition répétée à des substances cancérogènes. Mais puisque ces maladies se développent, autant repenser la mobilité en conséquence !



Pour plus d'information

BLYYD.SAS

13 rue St FULBERT
69 008 LYON

Tel : 04 81 13 10 10
Mail : dgambey@blyyd.com
Site : www.blyyd.com

BLYYD.SAS est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de BLYYD.SAS


Catégories : Voiture électrique | Pollution & qualité de l'air | Etudes, rapports & analyses |

Commentaires

Posté le 15-06-2017 à 11:16:11 par Christophe

Ce qui me choque, c’est l’existence même d’entrepôt logistique, 2 exemples.

Pendant mes vacances j’ai visité une usine d’embouteillage d’eau gazeuse. J’ai ensuite voulu en acheter dans le village et dans le restaurant le plus proche (à 50 m). Quelle ne fut pas ma surprise quand je me suis penché sur la parcours de la bouteille entre l’usine et le commerce ou restaurant : 1500 km pour respectivement 50 m et 1 km à vol d’oiseau ! La patronne du restaurant m’a dit que pendant un temps un gars allait chercher palette par palette et détaillait ensuite par pack ou bouteille mais il était plus cher que par le circuit décrit !

Quand je fais mes courses, je regarde la provenance des produits et j’achète local. Mais quand je me penche sur le parcours du produit, j’hallucine un peu. Du style des galettes pour mes randonnées. Produites à 80 km de chez moi mais elles passent par un entrepôt logistique avant d’arriver dans le commerce soit plus de 110 km. C’est quand même un peu mieux que l’exemple précédent.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Ever Monaco
Ever Monaco
Du 10/04/2018 au 12/04/2018 - Grimaldi Forum, Monaco

EVER de Monaco est un événement organisé chaque année par l'association MC2D (Monaco Développement Durable). Le salon est entièrement dédié aux véhicules écologiques et...
A lire également / sur le même thème Bornes de recharge de véhicules électriques EVBox chez Courtepaille
Fournies par EVBox, la chaîne de restaurants Courtepaille a récemment fait installer dans quelques-uns de ses établissements une dizaine de bornes de recharge pour...
Blue2BGreen propose un kit inédit de tests des IRVE
Il semble que cela soit une première en France pour l’actuelle vague de mobilité électrique : un ensemble complet de matériel est désormais disponible afin de réaliser...
Active Hybrid : Le vélo à assistance électrique selon BMW
Voulu « électrique, élégant et unique » par BMW, combinant technologie innovante et design sophistiqué, le vélo à assistance électrique Active Hybrid embarque une...
DHL Express accélère sur l’électrique
Marque du groupe Deutsche Post DHL, DHL est le leader mondial du secteur de la logistique. Avec ses 350 000 collaborateurs qui interviennent dans plus de 220 pays, elle...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact